custom-header
Presse ! | Tribune | Forum

Avatar

SVP pensez à vous inscrire
guest

sp_LogInOut Connexion sp_Registration S'inscrire

S'inscrire | Mot-de-passe perdu ?
Recherche avancée

— Activité du forum —




— Correspond —





— Options du forum —





La longueur du mot recherché est au minimum de 3 caractères et au maximum de 84 caractères

sp_Feed Flux RSS du sujet sp_TopicIcon
Presse !
1 août 2020
8 08 19 0819
Avatar
foulephil
Member
Members
Nombre de messages du forum : 788
Membre depuis :
5 août 2015
sp_UserOfflineSmall Hors ligne
204sp_Permalink sp_Print

“L’Union nous a tendu la main” L’ancien gardien de Virton, Anthony Moris,
se confie après sa signature à l’Union. L’ annonce de la signature d’Anthony Moris pour trois saisons à
l’Union saint-gilloise n’aura pas
surpris grand monde. Le portier venu de Virton s’entraînait déjà avec
les Bruxellois depuis plusieurs semaines.
“Ils m’ont tendu la main quand nous
avons sorti la lettre ouverte, mais j’avais été
clair avec eux en leur disant que j’avais
d’autres opportunités”, insiste toutefois le
joueur. “Il y avait Louvain, mais d’autres
clubs étaient aussi intéressés. Les choses ont
finalement traîné et c’est le coach qui m’a
convaincu. Il m’a proposé de m’inclure dans
le projet de l’Union. Je me suis dit pourquoi
pas et tout s’est fait assez naturellement.”
Après deux grosses saisons entre les
perches virtonaises, le dernier rempart
originaire d’Habay ne tourne toutefois
pas facilement la page gaumaise. “Parce
que je viens de vivre deux années assez intenses là-bas. Jouer dans ma région m’a fait
énormément de bien. Il faudra donc du
temps sans doute”, confirme-t-il.
Certains supporters gaumais s’étonnent toutefois de le voir atterrir en D1B,
alors qu’il y avait de l’intérêt pour lui un
échelon plus haut. Le joueur confirme
d’ailleurs les sollicitations. “Notamment le
Standard qui m’avait contacté en décembre pour retourner chez eux, ajoute-t-il. Mais
c’était comme second gardien et je n’avais
pas envie de ça. À 30 ans, je voulais certaines garanties sportives.”
L’officialisation du transfert faite et
alors que l’arrivée de Guillaume François
au parc Duden ne serait plus qu’une
question de jours, la direction gaumaise
n’a pas tardé à réagir. Dans un communiqué publié ce vendredi, elle annonce
vouloir attaquer en justice l’Union saintgilloise, mais aussi le Sporting Charleroi
qui a annoncé le transfert de Lucas Ribeiro.
“Personnellement, je suis serein face à ça
parce qu’ils pensent que j’ai utilisé la loi 78,
explique le gardien. Je ne suis pas fou, il
me restait trois ans de contrat en Gaume et
avec un salaire conséquent. Je n’aurai jamais fait ça. J’ai simplement mis le club devant ses manquements.”
L’esprit de l’ancien capitaine virtonais
est toutefois désormais à 200 kilomètres
de Virton. À Bruxelles, Anthony Moris est
content de se lier avec un troisième club
à l’histoire riche. “Après le Standard et Malines”, confirme l’intéressé. Et s’il n’a pas
rejoint la D1A, le dernier rempart ne
compte pas faire de vieux os en D1B.
“Mais je préfère jouer le titre en D1B plutôt
que le maintien en D1A. Et quand vous avez
un coach comme Felice Mazzu, vous ne pouvez pas vous cacher, d’autant plus quand on
voit les gars que le club est parvenu à conserver.”

1 août 2020
8 08 06 0806
Avatar
foulephil
Member
Members
Nombre de messages du forum : 788
Membre depuis :
5 août 2015
sp_UserOfflineSmall Hors ligne
203sp_Permalink sp_Print

Thierry Dailly tire la sonnette d’alarme avant RSCA-RWDM
V.M.

Belga
prev

Ce samedi matin, le RWDM sera sur le pont dès 10h30 puisqu’il rencontre Anderlecht à Neerpede. Une rencontre à huis clos total lors de laquelle les journalistes ne seront pas non plus autorisés mais qui sera néanmoins retransmise sur les réseaux sociaux.
Ces rencontres sans public n’arrangent -forcément- pas toujours les clubs qui sont dans une situation financière de plus en plus délicate à cause de la pandémie de coronavirus. Thierry Dailly, le président molenbeekois, tire d’ailleurs la sonnette d’alarme. « Lorsque nous avons mis en vente nos abonnements, les ventes ont littéralement explosé la première semaine avec plus de 500 sésames qui ont trouvé preneurs, notamment grâce à la fédération des supporters. Mais depuis une dizaine de jours et la recrudescence de la pandémie, c’est le calme plat. Tout est à l’arrêt. Ces huis clos à répétition ne font pas non plus rentrer d’argent dans les caisses du club. De plus, notre sponsor principal, Symbio, a décidé d’arrêter sa collaboration. Cela commence à faire beaucoup pour notre club. Même si nous savons que ce sont tous les clubs qui sont touchés. »
Plusieurs blessés
C’est donc dans un contexte très délicat que le RWDM va disputer son cinquième match de préparation ce samedi matin. Une rencontre que le club disputera sans plusieurs de ses cadres blessés. « Erwin Senakuku est toujours out. Stelvio Cruz a une inflammation au genou. Lucas Walbrecq a un problème aux adducteurs et Maxime Electeur souffre toujours de sa même blessure. Par contre, malgré cette période compliquée, je peux vous dire qu’il y aura encore des arrivées, et notamment un

1 août 2020
8 08 05 0805
Avatar
foulephil
Member
Members
Nombre de messages du forum : 788
Membre depuis :
5 août 2015
sp_UserOfflineSmall Hors ligne
202sp_Permalink sp_Print

Encore une folle journée à l’Union
La préparation à l’amical contre Mouscron n’est pas de tout repos
JEAN-FRANÇOIS DELISSE AVEC V.M.

Kevin Kis a signé pour deux saisons à Lommel.Lommel SK
Ce vendredi, le club saint-gillois a appris que Virton allait l’assigner en justice dans le cadre des transferts de Moris et Lapoussin, que la D1B était complètement chamboulée et que Kevin Kis s’engageait à Lommel. On en oublierait presque que les Bruxellois disputent un amical ce samedi matin à Mouscron…
prevnext

Cette fin de semaine n’est pas de tout repos pour l’Union Saint-Gilloise. Après avoir annoncé trois transferts ce jeudi (ceux d’Anthony Moris et de Loïc Lapoussin de Virton et de Dante Vanzeir de Genk), le club bruxellois a déchanté en apprenant que Virton ne comptait pas en rester là (voir par ailleurs dans ce journal). Plus tard dans la journée, l’USG apprenait que la D1B était complètement remodelée. Ce qui fait, par la force des choses, que ses chances de montée au terme de la prochaine saison augmentent encore vu que les deux gros calibres que sont le Beerschot et OHL ne sont plus là.
Dans le même temps, le club saint-gillois apprenait que Kevin Kis avait trouvé un nouvel employeur et s’était engagé à Lommel pour les deux prochaines saisons. Après trois ans passés du côté de la Butte durant lesquels il aura joué 84 rencontres pour deux buts inscrits, il avait été mis sur une voie de garage par la direction avant le début de la préparation, au même titre qu’Adrien Saussez. Il revient donc dans le Limbourg puisqu’il avait passé une partie de sa formation à Genk.
Cette riche actualité, avec toujours un parfum de crise sanitaire en arrière-plan, en ferait presqu’oublier que l’Union va disputer ce samedi matin un nouveau match de préparation. Celui-ci aura lieu à Mouscron (coup d’envoi prévu à 11h). Les Saint-Gillois croiseront -peut-être- sur leur route un certain Serge Tabekou, annoncé depuis plusieurs jours en partance pour le club hurlu (il s’entraîne avec l’Excel depuis mercredi) mais toujours pas confirmé officiellement par Mouscron.
« Mouscron ? Un bon test »
Felice Mazzù et ses hommes vont donc devoir faire fi de tout ce contexte extra-sportif. « Ce sera de nouveau un très bon test afin de poursuivre notre montée en puissance », pointe Mathias Fixelles, qui est devenu le plus ancien sociétaire de l’équipe première. « J’entame en effet ma 5 e campagne, alors que je n’ai pas encore 24 ans. J’ai eu des hauts et des bas depuis mon arrivée, mais je n’ai jamais rien lâché ; j’ai beaucoup appris auprès des différents coachs. »
Mis à toutes les sauces depuis quatre ans, Mathias espère faire son trou cette saison en tant que médian offensif. « Je prends petit à petit confiance à cette position et ça fait du bien. J’ai déjà évolué par le passé comme avant-centre, 2 e attaquant, sur les deux flancs et même comme médian défensif. Mais je préfère mon poste actuel, même si je suis conscient que je devrai continuer à me battre pour ma place. Il y a de la qualité et beaucoup d’ambitions dans le noyau, ainsi qu’un entraîneur qui sait y faire. Tous les ingrédients sont réunis pour viser le titre, ce qui doit être notre seule et unique ambition. Se mesurer une 4 e fois d’affilée à une D1A est d’ailleurs une excellente manière de progresser.»
À voir désormais comment les Saint-Gillois réagiront -sur le terrain- à cette lourde actualité.

1 août 2020
8 08 03 0803
Avatar
foulephil
Member
Members
Nombre de messages du forum : 788
Membre depuis :
5 août 2015
sp_UserOfflineSmall Hors ligne
201sp_Permalink sp_Print

Le dernier acte judiciaire en faveur de Waasland-Beveren aura eu raison de la résistance de la Pro League. Pour la première fois depuis 2008-2009, la Jupiler Pro League comptera à nouveau 18 équipes : avec Waasland-Beveren donc mais aussi le Beerschot et OHL qui disputeront presque pour du beurre la finale retour de D1B ce dimanche.
prev

Pour le simple supporter neutre, on pourrait dire « Tout ça pour ça ». « Nous arrivons à une solution déjà avancée au mois de mai… et nous voilà deux mois et demi plus tard. Une perte de temps… et d’argent avec toutes ces procédures ! », résumait un dirigeant de club. « Heureux de voir que la raison a triomphé dans ces moments difficiles : toutes les équipes jouent au moins 34 matches et il n’y a plus besoin de playoffs 2 », a tweeté Joseph Allijns, qui faisait encore partie du CA de la Pro League lors du fameux vote du 15 mai qui avait envoyé Waasland-Beveren dans « l’enfer » de la D1B.
« C’est toujours facile de juger après-coup mais, lors du vote le 15 mai, nous pensions réellement que la décision prise se tenait sur le plan juridique. La force économique et la valeur sportive du football belge justifiaient la poursuite de la formule à 16 équipes en D1A et à 8 en D1B », rappelle le président Peter Croonen. « À partir du moment où cette certitude n’est plus absolue, la formule à 16 équipes en D1A et à 8 en D1B ne pouvait plus être d’actualité. »
« Même si on peut avoir différentes lectures, il n’entrera jamais dans l’intention de la Pro league de nier les décisions de justice », soulignait de son côté le CEO Pierre François.
1La formule à 16 au frigo pour deux ans, presque l’unanimité pour 18
La proposition de remettre au vote un championnat à 16 n’a finalement pas été mise sur la table, profitant d’un Conseil d’Administration informel avant l’Assemblée générale proprement dite.
Il restait alors sur la table comme options réalistes une D1A à 17 équipes et la formule à 18. Avec 19 voix sur 45, le projet à 17 équipes (avec Waasland-Beveren et le vainqueur de la finale retour de D1B) n’a guère convaincu. La formule à 18 (avec Waasland-Beveren et les deux finalistes de D1B) n’a pas non plus dégagé dans un premier temps la majorité suffisante (28 voix sur 45), ce qui a nécessité la poursuite des débats avant d’arriver au compromis et une majorité quasi historique 97,7 %, soit tous les clubs sauf Westerlo. Avec une saison 2020-21 ponctuée par l’Euro et qui doit, sur le plan domestique, en théorie se terminer aux alentours du 15 mai, les mini playoffs (« Champions Playoffs » pour les 4 premiers avec divisions des points et playoffs 2 pour les équipes classées de 5 à 8) sont tout de même maintenus sauf si de trop nombreuses remises les rendent impossibles. À l’issue de la saison, il y aura toujours un descendant direct vers le D1B et un barrage pour le 17 e . En 2021-22, ce sera trois descendants directs (sauf s’il y a des pertes de licences). « Ce consensus demandait beaucoup de courage : des playoffs 1 resserrés à 4, des descendants dans deux ans qui ne seront peut-être pas ceux qu’on a repêchés… », souligne Peter Croonen. Avant un retour à 16 équipes en D1A ? « Un audit externe de la Pro League doit se pencher là-dessus et notamment sur le format de compétition », a ajouté Peter Croonen.
2Une formule de compétition avec playoffs avalisée par Eleven
Même si aucun descendant n’est désigné, le Club Brugeois entre bien dans les annales comme le champion de Belgique 2020. Bien avant la fin officielle de l’AG, le compte Twitter d’Eleven Sports a confirmé le passage à 18. « Notre partenaire TV avait forcément des préférences pour des formules mais avant tout la présence des playoffs était un critère important », a expliqué Pierre François. Si ceux-ci n’avaient pas lieu, il faudra négocier avec Eleven.
3La finale D1B se jouera bien ce dimanche,
Westerlo réfléchit
Même si OHL et le Beerschot sont assurés de jouer en D1A, la finale de ce dimanche est maintenue : à la fois pour désigner le champion et pour la Coupe de Belgique, où le perdant devra entrer un tour plus tôt. De quoi enlever un argument à Westerlo qui pouvait réclamer la place en D1A si la finale ne pouvait se jouer ? Le club a déjà annoncé qu’il allait réfléchir à d’éventuelles suites. « Il n’y avait pas de solutions sans risque de procédures… sauf si on passait à 20 mais était-ce dans l’intérêt du foot belge ? », s’interroge Peter Croonen. « En D1A, nous retrouvons les 18 équipes qui étaient susceptibles d’évoluer dans cette division au moment de l’interruption des championnats », souligne Pierre François.
4Pas de nouvelle clé de
répartition des droits TV
L’AG ne s’est pas penchée longuement sur le sujet. Les dispositions financières décidées le 15 mai dernier sont maintenues. Seul Waasland-Beveren ne bénéficiera pas d’un parachute… puisqu’il reste en D1A. OHL et Beerschot se contenteraient même des droits TV qu’ils auraient reçus en D1B.
5Le nouveau calendrier
sera connu ce samedi à 18h
Finalement, OHL et le Beerschot n’ont pas mis au point du jour une demande de report du championnat. Sauf circonstances indépendantes de la volonté de la Pro League, le championnat commencera le 8 août et le calendrier sera divulgué ce samedi à 18h. Sur la base des protocoles sanitaires et espérant un comportement raisonnable des supporters pour les deux matches de ce week-end, la Pro League n’a pas encore de signal interdisant une exception (notamment par rapport aux clubs anversois… qui peuvent encore se délocaliser comme Malines qui joue ce week-end à Metz) professionnelle pour la reprise du championnat.
6La D1B à 7 équipes et une équipe Espoirs : une saison en test
Avec la montée du Lierse (le dernier à avoir sa licence pro), la D1B ne pouvait rester à 7 équipes. « Il y a plusieurs mois, j’avais dit que deux grands défis étaient l’instauration d’un barrage et l’intégration des équipes Espoirs. L’occasion était de tester déjà avec une équipe », se réjouit Peter Croonen. Sachant que les autorités n’étaient pas favorables à une multiplication des équipes B des grands clubs, le choix s’est porté sur les U23 du Club Brugeois, à la fois parce qu’ils étaient champions en U21 et pour des critères techniques.

31 juillet 2020
10 10 47 0747
Avatar
Pierre
Member
Members
Nombre de messages du forum : 483
Membre depuis :
6 août 2015
sp_UserOfflineSmall Hors ligne
200sp_Permalink sp_Print

La Pro League vote le format et le possible report du championnat

Sport/Foot Magazine (31-07-20)
La Pro League doit se pencher sur pas moins d’une vingtaine de points lors d’une nouvelle assemblée générale importante. Le nombre d’équipes évoluant la saison prochaine en D1A, le format de la compétition et le possible report du coup d’envoi du championnat figurent parmi les questions les plus brûlantes. Cela promet une chaude journée de négociation au Crowne Plaza de Diegem.

La Pro League vote le format et le possible report du championnat
La Cour belge d’arbitrage pour le sport (CBAS) a rendu début juillet son verdict dans le cadre de la procédure intentée par Waasland-Beveren contre les décisions prises par la Pro League le 15 mai. Ce jour-là, avec une majorité de 84 pour-cent, il avait été décidé de mettre un terme définitif à la saison 2019/2020 après 29 des 30 journées. Les Waeslandiens ont été les victimes de cette décision, car la formule à 16 clubs a été maintenue, sans Waasland-Beveren, relégué en tant que lanterne rouge, mais avec le Beerschot, Oud-Heverlee Louvain ou Westerlo.

L’Autorité belge de la concurrence (ABC) a en premier constaté des problèmes dans la construction, bien qu’insuffisants pour prendre des mesures provisoires. Ensuite, la CBAS a annulé les décisions exigeant la relégation de Waasland-Beveren. Dans leur jugement, rendu quelques heures seulement après la présentation du calendrier par la Pro League et Eleven Sports, les arbitres ont notamment cité la différence de traitement entre la 1A et la 1B: en 1A, la dernière journée a été annulée, alors que la finale de 1B peut se jouer.

Les avocats de la Pro League ont interprété le verdict comme si la différence de règlement entre les deux divisions était insuffisamment motivée. La Pro League a ainsi prévu de soumettre à nouveau les décisions annulées par la CBAS au vote le 31 juillet, cette fois avec un exposé détaillé des motifs. Cependant, le jugement du tribunal de l’entreprise de Termonde, qui a décidé jeudi en référé que Waasland-Beveren doit être inscrit au calendrier de 1A sous peine d’une astreinte de 2,5 millions d’euros par match joué sans tenir compte de la décision de la CBAS, modifie cette stratégie.

En raison des différentes décisions de justice, il semble peu probable que la Pro League maintienne une formule à seize clubs en 1A. Une annulation de la saison 2019/2020 pourrait certes le permettre, mais elle entraînera sans aucun doute de nouvelles procédures. Le Club Bruges perdrait alors son titre. La possibilité d’annuler le championnat avec le maintien du champion national et de la distribution des tickets européens pourrait toujours se produire, mais dans ce cas, le Beerschot et OHL perdront toute chance de promotion. Les deux clubs ne l’accepteront pas.

La Jupiler Pro League à 17 clubs, avec Waasland-Beveren et le Beerschot/OHL/Westerlo n’est pas non plus une solution idéale. Le détenteur des droits télévisés Eleven Sports a des réserves. Le Cercle Bruges, le Beerschot, Saint-Trond et OHL ont fait inscrire à l’ordre du jour un vote immédiat pour un championnat à 18 équipes.

Cela nous amène à la piste la plus probable à l’heure actuelle, à savoir une compétition à 18 clubs avec Waasland-Beveren, OHL et le Beerschot. Ce scénario est celui qui rencontre le moins de résistance et était également sur la table à la veille du 15 mai, mais n’a pas été retenu à ce moment-là. A l’époque, la Pro League avait fait valoir qu’elle ne bénéficiait pas d’un soutien suffisant. Déjà alors, une deuxième vague de coronavirus avait été prise en compte et il était souhaitable d’avoir le moins de journées possibles afin de conserver une marge de manoeuvre.

Si le scénario à 18 clubs obtient une majorité des deux tiers (80 pour-cent), il faudra alors décider pour combien de temps il sera maintenu (une, deux ou trois saisons) et quelle forme prendront les playoffs. Certains petits clubs craignent d’être relégués si soudainement on passe à deux ou trois relégations. En outre, une solution doit être trouvée pour la 1B. Si l’on met 18 clubs en 1A, il ne reste plus que sept clubs possédant la licence de 1B. Il est possible d’ajouter des équipes espoirs, bien que peu de clubs de football se lancent dans cette aventure.

Waasland-Beveren a également prévu un vote pour la forme sur les formats à 19 (avec Westerlo) et 20 (avec Westerlo et l’Union), mais ces pistes ont peu de chances d’aboutir.

La Pro league ne dispose pas de beaucoup de temps car en principe le championnat de 1A doit reprendre le 8 août. A moins, bien sûr, qu’il ne soit décidé de reporter le début de la saison de quelques semaines. Le Beerschot et OHL demandent un vote. L’interdiction des sports de contact à Anvers et la résurgence du coronavirus sont deux bons arguments pour mettre le football sur pause encore quelque temps. Voetbal Vlaanderen, l’aile flamande de la fédération, a déjà décidé d’interdire les matchs jusqu’à la fin du mois d’août.

En marge de tout cela, le Cercle Bruges a demandé un aperçu de tous les frais juridiques que la Pro League a dû supporter pour les démarches contre ses propres membres. Il y aura également une discussion sur une étude du professeur Christophe Ley (Université de Gand) du Centre des Statistique concernant les frais d’indemnisation.

31 juillet 2020
8 08 04 0704
Avatar
foulephil
Member
Members
Nombre de messages du forum : 788
Membre depuis :
5 août 2015
sp_UserOfflineSmall Hors ligne
199sp_Permalink sp_Print

L’Union se lâche et
signe trois joueurs !
UNION SAINT-GILLOISE

Les Bruxellois ont officialisé les signatures
de Lapoussin, Moris et Vanzeir. On la trouvait plu-
tôt “passive” du-
rant le mercato

mais la direction

saint-gilloise a voulu mar-
quer le coup. En effet, les

décideurs du matricule 10
ont signé trois joueurs en
une journée seulement !
. Les dossiers virtonais

Anthony Moris et Loïc La-
poussin étaient déjà pres-
sentis pour rejoindre

l’Union il y a quelques

mois. Leur dossier respec-
tif a pris une toute autre

tournure lorsque Virton
annonçait son problème
de licence puis quand le

club bruxellois communi-
quait que les deux joueurs

s’entraîneraient avec le
groupe de Felice Mazzù
pour “maintenir leur forme

dans les meilleures condi-
tions’’. Les deux Virtonais

ne pouvant plus bénéficier
d’entraînements en

Gaume suite aux problè-
mes sportif et financier.

Mais personne n’était
dupe dans cette affaire…
Cette action permettait au
club de se rapprocher de
deux gros poissons de

Proximus League mais, sur-
tout, de pouvoir les tester

lors des différents amicaux

avant de prendre une déci-
sion claire les concernant.

Sans surprise, l’évaluation

fut concluante durant la
campagne amicale. Moris a
signé un contrat de
trois ans (+ une année en

option) et le Français évo-
luera au club pour l’exer-
cice à venir.

. Dante Vanzeir
Un autre nom était cité
ces dernières 72 heures au
parc Duden. Celui de Dante

Vanzeir, élément promet-
teur de notre Royaume. Les

dirigeants bruxellois ont
également confirmé en fin
de journée la signature
portant sur trois saisons
(+1 en option) de l’ailier de
22 ans en provenance de
Genk. L’ex-Limbourgeois
avait été prêté deux fois
successivement lors des
deux dernières saisons.
Tout d’abord au Beerschot
où il jouera 39 matchs
(17 buts) puis à Malines
(17 matchs, 3 buts).

Ces trois signatures ravi-
ront les supporters de

l’Union SG, qui étaient dé-
çus de voir partir Tabekou

pour Mouscron (NdlR : on

attend plus que l’officiali-
sation car le joueur a déjà

porté le maillot du REM).

Une question mérite en-
core d’être posée :

Guillaume François (Vir-
ton) emboîtera-t-il le pas

de ses deux camarades ?

31 juillet 2020
7 07 46 0746
Avatar
foulephil
Member
Members
Nombre de messages du forum : 788
Membre depuis :
5 août 2015
sp_UserOfflineSmall Hors ligne
198sp_Permalink sp_Print

CE N’EST PAS SANS UN GROS PINCEMENT AU CŒUR QU’ANTHONY MORIS QUITTE VIRTON APRÈS AVOIR ÉTÉ IRRÉPROCHABLE DURANT DEUX SAISONS AU SEIN DU NOYAU GAUMAIS
« Ce qu’il s’est passé à Virton ? Un énorme gâchis »
S.M.
prevnext

Anthony Moris l’a déjà dit, ce n’est pas de gaieté de cœur qu’il a pris la décision de rompre son contrat avec Virton. « Je pars avec un gros pincement au cœur », répète-t-il. « J’ai eu la chance de passer deux belles saisons dans ma région où j’ai passé de très bons moments. Cela a été un plaisir pour moi de m’entraîner au quotidien avec les coéquipiers et que dire de la ferveur qui entourait l’équipe de la part du public ? Nous avions vraiment tout pour nous épanouir. Après, il s’est passé ce qu’il s’est passé, c’est évidemment un énorme gâchis mais je n’ai plus trop envie de m’étendre là-dessus, je me suis assez exprimé à ce sujet dans la presse. Aujourd’hui, j’ai juste une grosse pensée pour les membres du staff, mes coéquipiers, les bénévoles qui œuvrent pour le club, les supporters, l’académie et tous ses jeunes, des gens comme Samuel Petit, André Georges, Christian Reyter, les délégués et tous ceux qui ont fait vivre ce club. Ça me fait vraiment mal pour tous ces gens-là. »
S’il a signé à l’Union Saint-Gilloise, l’épisode de son départ de Virton n’est sans doute pas totalement terminé. En effet, le club n’avait pas hésité à menacer de représailles juridiques les joueurs qui cassaient leurs contrats.
« J’ai toujours respecté mes engagements envers Virton »
Dans ce communiqué, la direction citait même Anthony Moris en exemple en précisant qu’elle lui réclamerait, à lui ou au club qui allait l’engager, la bagatelle de 460.000€ ! De son côté, le joueur ne tremble pas. « De mon côté, j’ai toujours respecté mes engagements envers le club même si cela n’était pas toujours réciproque. J’ai d’ailleurs été étonné d’être cité directement dans le fameux communiqué de la direction. On y fait référence à la loi de 78, loi que je n’ai absolument pas utilisée pour casser mon contrat. J’espère que dans ce dossier, la Pro League, la fédération, la CBAS ou toute autre instance compétente, donnera raison aux joueurs. Moi je suis droit dans mes bottes et je ne m’occupe plus trop de ça, c’est mon agent et les avocats qui doivent régler ce problème mais je suis serein. »
Si cette belle aventure gaumaise se termine en eau de boudin, Anthony Moris n’oublie pas tous les bons moments passés à Virton durant deux saisons prolifiques et riches en émotion. « Des bons souvenirs il y en a un paquet forcément. J’ai envie de retenir le Soulier vert remporté dans la foulée du titre. C’est une récompense qui me tient à cœur car elle est décernée par ceux qui viennent au stade toutes les semaines. Le titre décoché en D1 amateurs restera bien entendu lui aussi un moment privilégié. J’ai aussi envie de citer la « petite finale » perdue face à OHL (NDLR : perdue 0-1 lors de la dernière journée de la première tranche de D1B le 8 novembre devant un Faubourg d’Arival plein comme un œuf et chauffé à blanc). Après, avec un peu de recul, quand je vois tout ce qui se passe pour le moment autour de Virton, je me dis que ce n’est peut-être pas plus mal qu’on ait perdu ce jour-là. Sans quoi je pense que ce serait encore plus le bazar dans le football belge à l’heure actuelle. »

31 juillet 2020
7 07 45 0745
Avatar
foulephil
Member
Members
Nombre de messages du forum : 788
Membre depuis :
5 août 2015
sp_UserOfflineSmall Hors ligne
197sp_Permalink sp_Print

Vanzeir, un atout offensif en plus
prevnext

L’Union a également fait signer l’attaquant de 22 ans Dante Vanzeir pour les trois prochaines saison, avec une supplémentaire en option. Il s’est fait connaître du grand public lors du Mondial U17 au Chili en 2015. Une compétition que les jeunes Belges avaient terminé à la troisième place. C’est à Genk que Vanzeir a signé son premier contrat pro. Avec les Limbourgeois il jouera une dizaines de matches et inscrira deux buts. Il sera ensuite prêté successivement au Beerschot (39 matchs et 17 buts) et à Malines cette saison (17 matchs et 3 buts).

31 juillet 2020
7 07 43 0743
Avatar
foulephil
Member
Members
Nombre de messages du forum : 788
Membre depuis :
5 août 2015
sp_UserOfflineSmall Hors ligne
196sp_Permalink sp_Print

Moris espère ramener l’Union en D1A
L’Union s’est montrée très active sur le marché des transferts ce jeudi en actant trois arrivées
STÉPHANE MARCHESANI
Cela faisait trois semaines que Loïc Lapoussin et Anthony Moris s’entraînaient avec l’Union. Ce jeudi, ils ont franchi le pas en signant en faveur de l’équipe drivée par Felice Mazzù. L’ancien joueur du Red Star a apposé sa signature au bas d’un contrat portant sur une saison. De son côté, le portier international grand-ducal s’est lié avec les Bruxellois pour trois saisons plus une en option.
prevnext

La nouvelle a été officialisée ce jeudi matin, Anthony Moris et Loïc Lapoussin ont signé un contrat en faveur de l’Union Saint-Gilloise. Une nouvelle qui n’a rien d’étonnant quand on sait que les deux joueurs, tout comme Guillaume François d’ailleurs, s’entraînent depuis plusieurs semaines avec les Bruxellois. « Avant toute chose, je tiens à remercier le club de nous avoir tendu la main dans une période difficile », glisse le portier de 30 ans. « J’ai encore pas mal de contacts dans le milieu du football et c’est grâce à Chris O’Loughlin, le directeur sportif de l’Union que j’avais connu lors de mon passage à Saint-Trond que j’avais pu venir m’entraîner à l’Union. Alors lorsque le club a accepté, il avait peut-être une idée derrière la tête mais de mon côté, j’avais bien précisé que j’avais d’autres opportunités. »
Au final, trois semaines après cette main tendue, Anthony Moris a décidé de rester au Parc Duden. « À la base, on voulait juste pouvoir s’entraîner normalement, faire notre métier. Quand on a vu mi-juin que tous les clubs pros reprenaient sauf nous, ça a été un coup dur. De mon côté, j’ai été super bien accueilli à l’Union, j’ai l’impression que cela fait déjà dix ans que je suis au club. C’est un paramètre qui a pesé dans la balance et au final, j’ai décidé d’accepter leur offre de contrat portant sur un bail de trois ans plus une année en option. Un tel bail est un gage de confiance. Je me suis dit en plus qu’il était certainement plus intéressant de jouer le titre en D1B plutôt que le maintien dans un club de D1A. »
Anthony Moris repartira donc pour une année supplémentaire en D1B au sein d’un club ambitieux et mythique en Belgique. « Après le Standard et Malines, ce sera donc mon 3e club emblématique au pays. On sent une ferveur et une atmosphère particulière au club et je suis heureux de pouvoir participer à cette aventure. L’Union se veut ambitieuse et lorgne sur un retour en D1A, là où est la véritable place du club. Quand je vois les infrastructures, l’organigramme du club et le noyau, je pense que le club est prêt à franchir le pas. Ce sera à nous avec Loïc de tout faire pour les y aider. »
Une série relevée
Et dans la capitale, le portier international grand-ducal retrouvera un groupe de qualité. « Des pions importants comme Nielsen, Teuma, Kandouss ou encore Vega pour ne citer qu’eux sont restés et il y a eu un recrutement intéressant. Les bases étaient déjà là. La saison passée, l’Union était l’équipe qui nous avait posés le plus de problèmes avec Virton. Maintenant, il faudra se donner à fond tous les week-ends car la série s’annonce relevée. de plus, cette fois fini les histoires de tranches. C’est l’équipe la plus régulière qui terminera championne au terme des 28 journées. »
Maintenant, il ne reste plus qu’à savoir si la saison pourra bien démarrer le 22 août comme prévu.

31 juillet 2020
2 02 41 0741
Avatar
Dany Lem
Member
Members
Nombre de messages du forum : 4
Membre depuis :
30 août 2019
sp_UserOfflineSmall Hors ligne

Le championnat rependra-t-il dès le 8 août prochain ?

plus.lesoir.be Le 31/07/2020 à 00:00
Le football belge se cherche un avenir

C’est le flou absolu. Le calendrier dévoilé il y a un peu moins d’un mois n’est plus valable suite à une décision du tribunal de Termonde ce jeudi.

A une semaine de la reprise désormais plus qu’« hypothétique », le brouillard plane sur une Pro League de plus en plus divisée et bousculée par un club de Waasland-Beveren qui, condamné sans avoir pu défendre sa dernière chance, avait promis de ne rien lâcher, de ne pas abdiquer et d’exploiter tous les recours à sa disposition. Promesse tenue au grand dam d’une ligue qui a, de son côté, décidé de camper sur sa position, celle de rester à 16 clubs la saison prochaine en D1A et de recaler le principe d’évoluer à 18 (une idée pourtant émise par un groupe de travail de cette même Pro League en mai dernier dans un élan de solidarité). Seize et rien d’autre, un entêtement, notamment pour éviter de diviser davantage les droits TV, qui met en lumière le malaise qui règne au sein d’un football belge où l’individualisme a pris le pouvoir.

Aujourd’hui, nous voilà plongés dans un chaos dans lequel le supporter est pris en otage. L’image des instances dirigeantes est une fois de plus écornée. Ces dernières années, de la négociation des droits TV en passant par la réforme du championnat, tout ou presque est sujet à disputes, discordes ou mésententes. Des disparités criantes existent d’une part, entre les « petits » où Charleroi et l’Antwerp se sentent à l’étroit, et d’autre part, entre les formations d’un G5 où Anderlecht, par exemple, a perdu de son aura tant sur le plan sportif que financier et où le Club de Bruges apparaît comme un ogre intouchable, indétrônable qui ne cache plus son envie d’expansion. La Belgique est aujourd’hui bien trop petite pour les « Blauw en Zwart » qui projettent de défier les puissances néerlandaises (Ajax, PSV, Feyenoord) au sein d’une BeNeLeague sans doute plus rentable que le championnat belge.
Construire son avenir sur des bases qui tanguent

D’un côté, des disparités, et d’un autre, une impression d’impunité et d’opacité. La Pro League et l’Union belge ne font pourtant plus le poids face aux avocats qui, comme l’an dernier dans l’affaire « Malines-Waasland », match présumé arrangé, s’engouffrent, pour sauver leurs clients, dans les nombreuses failles au niveau des règlements établis par les hautes instances dirigeantes.

Aujourd’hui, le football belge est donc contraint de construire son avenir sur des bases qui tanguent car, au-delà de la crise causée par le Covid-19, il a au-dessus de la tête une épée de Damoclès qui se nomme « Footbelgate ».

Tout cela nous éloigne de l’émotion que ce sport procure aux supporters qui, lors des prochaines semaines et peut-être même mois, vont devoir suivre leur équipe préférée à la télévision. Sur quelles chaînes ? Là aussi, on n’a pas toutes les réponses, mais cela semble bien dérisoire par rapport au chaos dans lequel se trouve notre football…

30 juillet 2020
17 05 33 0733
Avatar
Dekat
Member
Members
Nombre de messages du forum : 678
Membre depuis :
5 août 2015
sp_UserOfflineSmall Hors ligne
194sp_Permalink sp_Print

Bombe en Jupiler Pro League:

le tribunal de l’entreprise de Termonde donne raison à Waasland-Beveren

RTLSport avec Belga, publié le 30 juillet 2020 à 13h08 , mis à jour à 14h05
Bombe en Pro League: un tribunal donne raison à Waasland-Beveren
© belgaimage

Le tribunal de l’entreprise de Termonde a donné raison à Waasland-Beveren dans la procédure en référé lancée par le club de football contre la Pro League et l’Union belge de football.

Selon le tribunal, Waasland-Beveren doit être intégré dans le calendrier de D1A pour la prochaine saison. Le club a confirmé l’information sans donner davantage de détails.

Le club de football de Waasland-Beveren a lancé une procédure en référé car il n’acceptait pas le fait de ne pas avoir été repris dans le calendrier de la D1A 2020-2021. Le club estime toujours en faire partie jusqu’à la prochaine assemblée générale de la Pro League, fixée ce vendredi 31 juillet et, selon le règlement, le calendrier D1A avec les équipes actuelles aurait dû être connu le 23 juillet.

Malgré la décision de la Cour belge d’arbitrage pour le sport (CBAS) d’annuler, notamment, la relégation de Waasland-Beveren, le conseil d’administration de la Pro League avait décidé de maintenir son championnat à 16 équipes, avec playoffs.

Le club a dès lors demandé une suspension de la compétition, estimant que l’arrêt de la Cour n’était pas respecté. Une tentative de conciliation devant le tribunal a échoué lundi.

Le début du championnat, programmé le samedi 8 août, pourrait dès lors être mis en danger.Cool

Fidèle un jour, Fidèle toujours

30 juillet 2020
9 09 07 0707
Avatar
foulephil
Member
Members
Nombre de messages du forum : 788
Membre depuis :
5 août 2015
sp_UserOfflineSmall Hors ligne
193sp_Permalink sp_Print

Christian Burgess,

un roc au grand cœur. Le nouveau défenseur de l’Union, formé
à Arsenal, a toutes les qualités pour plaire. Christian Burgess va, à
coup sûr, réussir son
opération séduction

au parc Duden. Le co-
losse d’1,96 m possède de

nombreux atouts qui feront
de lui l’un des hommes forts
de Felice Mazzù cette saison.
En plein dans la fleur de l’âge,
l’Anglais est un véritable coup

réalisé par la direction bruxel-
loise à en croire Neil Allen,

journaliste sportif au journal
anglais “The News/Sports
Mail’s” de Portsmouth, qui
suit au quotidien les Pompey.
Il a d’ailleurs accepté de
commenter le transfert de ce

joueur-clé qui évoluait en Lea-
gue One (NdlR : troisième divi-
sion anglaise) et qui a forte-
ment attristé les fans qui

s’identifiaient énormément à
lui.
. Cœur d’or
“On parle là d’un joueur très

dévoué qui était l’une des coque-
luches du public. Il est très acces-
sible et a toujours le temps de

s’arrêter pour des autographes,

photos ou pour discuter quel-
ques instants avec les fans. C’est

une personne simple avec un

grand cœur”, raconte le journa-
liste britannique.

Pour exemple, cette fabu-
leuse histoire d’amitié avec

Beth Tiller, une jeune fan ma-
lade, décédée tragiquement

du cancer en 2018 à l’âge de

16 ans. Christian venait à l’épo-
que rendre visite à cette

grande supportrice des Pom-
pey à son domicile. Après son

décès, Christian n’a jamais
coupé les liens avec la famille
de Beth. Il a d’ailleurs tenu à
clôturer cette aventure à
Portsmouth de la plus belle
des manières, en offrant sa
210e
et dernière vareuse de ses
cinq années chez les Pompey à
la famille Tiller.

. Énorme popularité
Même s’il n’a pas soulevé de
trophée l’an dernier avec
Portsmouth, Burgess a malgré

tout remporté un succès d’es-
time en étant nommé joueur

de la saison par son public. “Il
a récolté 69 % des suffrages. Il

s’agit d’un record de pourcen-
tage depuis que ce sondage a

été lancé. Cela démontre sa

belle cote de popularité”, pour-
suit-il.

Les fans reprochent
d’ailleurs à la direction du
club anglais de ne pas avoir

prolongé ce cadre et de l’avoir
laissé partir gratuitement. “Ils
sont très tristes et il y a une
grande part d’incompréhension
dans la gestion de ce dossier.”
. Pur style à l’anglaise

Ce monstre physique pos-
sède ce style de jeu typique

britannique, qui fait le
charme des différentes ligues
d’Outre-Manche. “Christian est

très fort dans le jeu aérien, rela-
tivement adroit avec le ballon.

C’est un gars qui aime les tacles
et qui les maîtrise bien. C’est
vraiment le style de joueur qui
donne tout pour ses couleurs”,
précise Neil Allen. Après cinq
ans de bons et loyaux services

au club, Burgess avait l’oppor-
tunité de relever un beau défi

à l’étranger et, ce, assorti d’un

contrat à long terme. “Il a rem-
porté la League Two et la Chec-
katrade Trophy. Il a porté le

maillot du club à 210 reprises en
marquant 12 buts. Sa saison
2019-2020 était assurément la
meilleure à Portsmouth. Aller à
l’Union Saint-Gilloise est un pas
en avant dans sa carrière, il
avait besoin de connaître une
aventure étrangère avec un bon
contrat à cet âge-là.”

Depuis son arrivée à Saint-
Gilles, Christian a montré de

bonnes choses en amical mais
doit encore s’habituer à ses
coéquipiers et à ce nouveau
style de jeu déployé par Felice
Mazzù.
À Genk, Burgess était aligné

dans l’axe avec Ismaël douss formant une fameuse

paire centrale qui devrait te-
nir la baraque en D1B cette sai-
son. Si le Marocain ne suc-
combe pas aux avances des

clubs de l’élite belge évidem-
ment. Un écolage aux côtés de Wilshere, Shelvey ou Frimpong. L’Unioniste a effectué ses premiers pas
dans le football dans la talentueuse école
d’Arsenal. I l y a des choses qui vous

marquent à jamais. Chris-
tian Burgess se souvient par-
faitement de ses années chez

les Gunners. Le natif de Bar-
king, un quartier de la capi-
tale anglaise, a évolué dans

l’Académie d’Arsenal jusqu’à
ses onze ans.

Après un peu plus de qua-
tre années passées à l’Acadé-
mie, le défenseur est prié de

se trouver un nouveau point

de chute. “Nous avions une so-
lide équipe à l’époque. On ga-
gnait presque tout, chaque an-
née. Je me souviens même de

deux tournois en Belgique que

nous avons remportés”, expri-
mait le principal intéressé au

The News/Sports Mail’s en fé-
vrier dernier.

Le joueur de 28 ans figurait
dans l’effectif de certains

joueurs encore actifs en Pre-
mier League actuellement.

On pense notamment à Jack
Wilshere, qui a joué près de

200 matchs avec Arsenal ou

bien à Jonjo Shelvey (pas pré-
sent sur la photo) qui a évo-
lué à Liverpool durant trois

saisons et qui joue pour
Newcastle actuellement.
“Wilshere était une sorte de
jeune Lionel Messi, il savait

tout faire avec le ballon (ri-
res).”

Chaque joueur a son pro-
pre parcours et Christian

Burgess espère avoir fait le
bon choix en rejoignant sa
nouvelle formation, presque

couronnée autant de fois na-
tionalement qu’un certain

Arsenal en Angleterre.

28 juillet 2020
8 08 43 0743
Avatar
foulephil
Member
Members
Nombre de messages du forum : 788
Membre depuis :
5 août 2015
sp_UserOfflineSmall Hors ligne
192sp_Permalink sp_Print

UNE RENCONTRE FACE À REBECQ EST PRÉVUE LE SAMEDI 8 AOÛT
Le club programme deux nouveaux amicaux
V.M.
prevnext

Ce samedi, les Unionistes disputeront déjà leur cinquième rencontre de préparation, en déplacement chez les Hurlus, après une défaite face au Crossing Schaerbeek (1-0), une autre face à Genk (3-1) et deux victoires face à Eupen (0-2) et face à Ostende (1-2). Le coup d’envoi de la rencontre sera donné à 15h.
Par la suite, l’Union jouera un amical face à Lens à Billy-Montigny, non loin de Lens. Cette rencontre aura lieu le mercredi 5 août. Alors que Serge Tabekou pourrait débuter le championnat de D1A face au Beerschot ou à OHL (le coup d’envoi de la saison de l’Excel sera donné le lundi 10 août à 19h), l’Union poursuivra de son côté sa préparation et a d’ailleurs programmé deux nouveaux amicaux. Le samedi 8 août, les Saint-Gillois recevront Rebecq et ne se déplaceront donc pas à NAC Breda. Et le 15 août, ils affronteront Valenciennes. La joute amicale face au Patro Maasmechelen du 12 août est, elle, maintenue.

28 juillet 2020
8 08 42 0742
Avatar
foulephil
Member
Members
Nombre de messages du forum : 788
Membre depuis :
5 août 2015
sp_UserOfflineSmall Hors ligne
191sp_Permalink sp_Print

L’Union va perdre son meilleur buteur
Tabekou a passé ses tests médicaux à Mouscron
VINCENT MILLER

Il est arrivé à l’Union en 2017.Belga
L’Union s’apprête à nouveau à se séparer d’un de ses joueurs titulaires de la saison dernière. Après Pietro Perdichizzi, Adrien Saussez et Kevin Kis, c’est Serge Tabekou qui devrait quitter le navire saint-gillois. Le meilleur buteur du club de la saison écoulée a en effet passé ses tests médicaux à Mouscron. L’officialisation de son arrivée devrait avoir lieu incessamment sous peu.
next

Il s’agira là incontestablement d’une grosse perte pour l’Union puisque l’ailier camerounais de 23 ans avait pris une toute autre ampleur cette saison (sa troisième à l’USG, lui qui était arrivé à Saint-Gilles au mercato estival de 2017) en devenant le meilleur buteur du club avec huit réalisations en vingt-six apparitions, tout en délivrant un assist. Ses deux premières saisons à la Butte avaient été moins prolifiques. En 2017-2018, sous Marc Grosjean, il avait marqué deux buts et donné trois passes décisives en vingt matches de championnat. Et en 2018-2019, sous Luka Elsner, il n’avait marqué qu’un seul but pour trois assists. À sa décharge, il était souvent barré par la triplette Faïz Selemani-Percy Tau-Youssoufou Niakaté. « C’est, sans aucun doute, l’une de mes meilleures saisons, si pas la meilleure », glissait-il dans nos colonnes il y a quelques semaines. « Cette saison, je suis simplement en confiance et je reçois celle du coach. Pour un joueur comme moi, c’est important. J’ai également adapté mon jeu, tentant d’être plus incisif. Si je suis content de moi jusqu’à présent, je sais que je peux encore faire plus sur la pelouse. »
Mais ce n’est donc plus les fans de l’Union que le Lion indomptable fera rugir de plaisir mais ceux de Mouscron. Chez les Hurlus, il retrouvera la Division 1A, cinq ans après avoir disputé son unique match au sein de l’élite, avec La Gantoise. Il était ensuite passé par Sedan et OHL avant, donc, de débarquer à l’Union en 2017.
Ce départ déforcera inévitablement la ligne offensive de la phalange saint-gilloise, alors que c’était déjà là où le bât blessait la saison dernière. « La finition laisse encore à désirer », avait déclaré à ce propos Felice Mazzù après la victoire en amical face à Eupen ce samedi. « Il y a encore du travail de ce côté-là. J’espère que plus aucun joueur ne partira. Par contre, si renforts il devait y avoir, ce serait prioritairement dans le compartiment offensif. »
Un des futurs renforts qui pourrait suppléer à Serge Tabekou pourrait bien se nommer … Loïc Lapoussin. En effet, l’ailier qui appartient toujours à Virton s’entraîne depuis quelques semaines avec l’Union et a d’ailleurs déjà disputé des amicaux -avec brio- avec le club saint-gillois, tout comme ses deux coéquipiers, Anthony Moris et Guillaume François.
Tabekou, pour sa part, pourrait déjà très rapidement retrouver l’USG sur son chemin car un amical est prévu à Mouscron ce samedi après-midi (coup d’envoi de la rencontre à 15h) entre les deux équipes.

27 juillet 2020
18 06 38 0738
Avatar
foulephil
Member
Members
Nombre de messages du forum : 788
Membre depuis :
5 août 2015
sp_UserOfflineSmall Hors ligne
190sp_Permalink sp_Print

Je repars moins bête qu’avant”. Luka Elsner revient sur l’année qu’il a vécue
à Amiens où il va prolonger.
Et sur la Belgique aussi, forcément. Dans sa tête, les senti-
ments s’entrecho-
quent. Luka Elsner

les étale avec son dé-
bit toujours aussi rapide.

“Conquérant”, “revanche”

mais aussi “plaisir” et “pas-
sion” jaillissent dans la con-
versation.

Il y a treize mois, plutôt que

Charleroi, celui qui s’était ré-
vélé à l’Union a opté pour

Amiens. Sans savoir tout ce

qui allait suivre, entre résul-
tats sportifs d’abord encoura-
geants avec 22 points pris sur

36 pour commencer et une

victoire sur Marseille puis lé-
gèrement désespérants avec

aucun succès sur les quinze

dernières journées et sept pe-
tites unités amassées qui ont

scotché les Picards à l’avant-
dernière place avant l’arrêt

du championnat et une relé-
gation longtemps contestée

mais finalement entérinée.
En pleine préparation, le

Franco-Slovène nous a ra-
conté son vécu après l’année

la plus difficile de sa carrière.

Ses espoirs aussi pour la sai-
son qui arrive, formulant un

souhait : “retrouver le goût de
la victoire parce que tout le

monde en a besoin”. Lui le pre-
mier.

Luka, la page de la saison
dernière est-elle définitivement tournée ? Avez-vous digéré cet
épilogue ?
“Oui. Nous étions dans un
schéma de préparation de
Ligue 2 depuis un moment,
même avant les décisions
ultimes parce qu’on voulait se
prémunir de tout faux espoir et
on a bien fait de faire comme
cela. Maintenant, cela ne nous
empêchera pas d’avoir des
discussions sur le bien-fondé de
ce qu’il s’est passé et peut-être
même qu’on arrivera à y puiser

une source d’énergie supplé-
mentaire avec un esprit de

revanche. Mais il faut se con-
centrer sur la suite : la seule

chose qu’on peut contrôler
maintenant, c’est notre travail
pour les semaines et mois à
venir et non plus sur ce qu’il
s’est passé.”

Ressentez-vous toujours ce
sentiment d’injustice que vous
avez évoqué après la relégation
décidée par la Ligue qui est
allée à l’encontre de la décision
du Conseil d’État ?
“Je pense qu’il est nécessaire
qu’il le soit et qu’il ne faut pas
qu’on étouffe ce qu’on a vécu ces derniers mois, ce combat

mené par le club avec beau-
coup de courage. Cela doit faire

partie de nos valeurs pour la
suite et doit nous permettre de
répondre sur le terrain avec nos
armes pour être à la hauteur
du combat que le club a mené
avec l’espoir de revenir un jour
sur le devant de la scène avec
beaucoup de fierté.”
Quand avez-vous compris que
vous étiez relégué ?
“À partir du moment où on a
vu un acharnement constant et

impénétrable de la part de la

Ligue. Côté sportif, on com-
prend très bien qu’il y a des

forces en mouvement bien plus

grandes que nos petites posi-
tions. Et tu reviens vite à la

réalité. Peu importent les argu-
ments que tu fais valoir…”

Justement, si Amiens avait été
un club plus prestigieux, une
vraie place forte historique de
Ligue 1, pensez-vous que la
décision aurait été la même ?
“Je n’ai pas envie de répondre
à cette question parce que je

pense qu’on ne le saura jamais.
Ce qui est certain, c’est qu’il y a

eu très peu d’arguments vrai-
ment objectifs pour nous expli-
quer pourquoi cette décision a

été prise comme cela. Et encore,
sincèrement, on n’était pas

ceux qui étaient dans la posi-
tion la plus injuste : quand on

voit que Le Mans descend pour

quatre buts, qu’il y a des cham-
pionnats amateurs qui

n’étaient pas joués à 50 % : où
tire-t-on le trait de l’équité ?
Nous, à 70 % du championnat
joué, c’était équitable de nous faire descendre. À quel moment

dit-on que ce n’est plus équita-
ble ? Ne pas faire la moitié d’un

championnat, est-ce équitable ?
Pour moi, non. Maintenant, la
justice en a décidé autrement.
Il faut s’y plier, accepter et
avancer. Si on ne reste que sur
le passé, malheureusement, on
fait fausse route, on se mettra
en difficulté pour la suite
également. J’ai franchi ce pas-là
et je suis dans la préparation
de la saison. Maintenant, la

rancœur et l’aigreur par rap-
port à ce qu’il s’est passé sont

toujours là, présentes. Et je
compte bien sur le fait qu’on
puisse s’en servir avec l’équipe.”
Malgré cette situation, malgré
cette relégation, vous allez
prolonger d’un an jusqu’en
2022. Ce qui est très rare pour

un entraîneur dans votre posi-
tion.

“Oui, cela fait un moment
qu’on discute. Toutes les choses
sont déjà prêtes. On a d’autres
dossiers plus prioritaires que le
mien, on attend le bon moment
pour finaliser cet élément-là.

Mais il n’y a aucune inquié-
tude. C’est vrai que c’est rare et

j’en apprécie le privilège et la
responsabilité pour la suite. Je
travaille toujours de la même
manière en me donnant à fond
pour le bien du club et de
l’équipe, avec certainement
plus d’expérience en ayant vécu

une saison très difficile, mar-
quante sur beaucoup de points.

Je repars certainement grandi
et je repars moins bête
qu’avant (sourire). Je veux
essayer d’aller dans la bataille
avec ces nouvelles armes, cette
maturité supplémentaire. Et
déployer un jeu qui fera plaisir
à tous nos supporters mais qui
sera d’abord basé sur une
notion de combat dans le
sillage de la partie judiciaire
qui s’est menée.”

Quelle est la différence entre le
Luka Elsner d’aujourd’hui et
celui qui a quitté la Belgique ?
“C’est quelqu’un qui a appris
le très haut niveau dans la
difficulté, quelqu’un qui, je
l’espère, a trouvé les solutions

supplémentaires à des problè-
mes posés différemment, no-
tamment quand on ferme le jeu

face à nous ou quand on nous
laisse le ballon : que faire sans
se mettre en difficulté ? Vivre
des moments difficiles, c’est
toujours un apprentissage

important. C’est là où se génè-
rent les transformations qui

nous rendent meilleurs, c’est
comme cela que j’essaye de

prendre tous ces matchs néga-
tifs, tous ces buts encaissés à

cinq minutes de la fin qui nous
privent de points. On gagne en
maturité et on est peut-être
moins bête sur certains points.”
Après avoir vécu l’année la plus
difficile de votre carrière ?
“Absolument. Notamment sur
la partie stress du métier.

Rentrer le soir après des défai-
tes très amères, c’est dur. Il faut

l’accepter. Aujourd’hui, certai-
nement que je suis mieux armé

pour y faire face. J’espère avoir
saisi et compris certaines
choses qu’on ne voit peut-être
pas quand on est en plein dans
la bataille.” Il a choisi un adjoint
qui aurait pu être nommé à sa place . Luka Elsner n’est plus épaulé par Abder Ramdane, qui tra-
vaillait avec lui à l’Union et qui a quitté Amiens en début

d’année. Le Franco-Slovène a insisté pour élargir le champ
de compétences de son staff avec un nouvel adjoint qu’il a

lui-même choisi, Oswald Tanchot qui, selon lui “va nous ap-
porter beaucoup de compétences au niveau de la commu-
nication, de la maîtrise, de la sérénité et de l’expérience du

championnat. Je me sens très bien avec lui à mes côtés.
C’est un gros plus pour le club.”
Où son nom avait circulé avant qu’Elsner ne signe… “Mais
avant que vous me posiez la question de savoir s’il aspire à
être numéro un, aujourd’hui, les critères qui ont guidé mon
choix sont les compétences en football, l’intégrité humaine,
les valeurs qu’il transmet”, précise l’ancien coach de l’Union.
“Je ne m’arrête qu’à cela, c’est ce qui m’intéresse
aujourd’hui. Envisager des scénarios négatifs ou mettre
mon ego dans la bataille, c’est très éloigné de moi.” “Pas meilleur choix
que Felice à l’Union” Elsner ne regrette pas d’avoir opté
pour Amiens plutôt que pour Charleroi. L e cordon n’est pas
coupé sur la partie
amitié et sympathie.” Luka
Elsner n’a passé qu’un an
en Belgique mais avoue

avoir été “beaucoup mar-
qué par une saison vrai-
ment extraordinaire”.

“J’ai pris beaucoup de

plaisir niveau footballisti-
que mais aussi privé, re-
prend-il. C’est toujours un

grand plaisir de revenir en
Belgique.”

Le technicien aurait pu
s’y établir l’été dernier
quand il était en tête de

liste pour succéder à Fe-
lice Mazzù à Charleroi.

“Mais je ne regrette pas
mon choix. Je ne fonctionne
jamais par regret. Je pense
toujours avoir pris la bonne
décision même si elle peut
sembler parfois difficile”,

précise-t-il avant de dé-
tailler : “j’ai eu l’extrême

privilège d’être entraîneur
en Ligue 1 à 37 ans, j’ai vécu
des matchs extraordinaires,
j’ai appris auprès de
joueurs de très haut niveau
et la France représente une
grande part de ma vie. Je
me sens français d’adoption
avec la vingtaine d’années

où j’y ai vécu. Revenir en
France était quelque chose
de très important. Même si
cela a été difficile, cela m’a
fait gagner beaucoup de
temps dans ma formation
d’entraîneur.”
Et l’ironie veut que s’il
n’a pas succédé à Mazzù,
le Carolo a pris sa suite à
l’Union.
“Et, sincèrement, quand

je l’ai appris, j’étais extrê-
mement content. J’ai eu l’oc-
casion de le rencontrer à

deux ou trois reprises, c’est
vraiment une personne qui
est aimée de ces joueurs, un

très bon coach. Je leur sou-
haite une saison extraordi-
naire et je pense qu’il ne

peut pas avoir de meilleur
choix que Felice à l’Union.
Dans la culture et l’identité
du club, cela colle tellement
bien”, précise celui qui ne

ferme pas la porte à un re-
tour en Belgique.

“C’est toujours envisa-
geable, concède-t-il. Mais

je ne fais pas de plan de
carrière. Ni à un an, ni à
deux ans ou trois. Je suis
guidé par les opportunités,
on verra bien où cela me
mène. Ayant commencé à
l’Union, jamais je n’aurais

pu imaginer coacher en Li-
gue 1 un an après. Faire des

plans aujourd’hui, ce n’est

pas nécessaire et pas pro-
ductif.”

27 juillet 2020
8 08 51 0751
Avatar
foulephil
Member
Members
Nombre de messages du forum : 788
Membre depuis :
5 août 2015
sp_UserOfflineSmall Hors ligne
189sp_Permalink sp_Print

DE NOMBREUX POINTS DE SATISFACTION
Van Der Heyden très actif, Nielsen décisif
J.-F. DE.
prevnext

Même si Ostende semble encore loin de sa meilleure forme et sans doute aussi de son équipe type, les points positifs étaient nombreux dans le camp unioniste après ce succès largement mérité. Le médian récupérateur teuton Marcel Mehlem légèrement blessé, c’est Siebe Van Der Heyden qui était chargé de colmater les brèches devant l’arrière-garde bruxelloise. Une mission dont il s’est acquitté avec beaucoup d’allant. « Ma meilleure place est dans l’axe défensif, mais pouvoir évoluer à d’autres postes est un atout. Je veux me donner à 200%. Ce n’était pas évident sur ce terrain difficile, mais c’est dans des matchs pareils avec beaucoup de duels et d’engagement que le groupe grandit aussi et montre sa solidarité. »
Dans tous les bons coups, le Danois Casper Nielsen a donné, sur coup franc, la victoire aux Saint-Gillois. « Je n’avais pas encore marqué sur un tel coup franc botté dans le rectangle, mais après l’entraînement, je tire toujours quelques phases arrêtées. Je suis heureux que cela ait enfin servi », plaisantait l’intéressé qui louait, lui aussi, l’excellent état d’esprit de son équipe.

27 juillet 2020
8 08 51 0751
Avatar
foulephil
Member
Members
Nombre de messages du forum : 788
Membre depuis :
5 août 2015
sp_UserOfflineSmall Hors ligne
188sp_Permalink sp_Print

L’Union engrange de la confiance
JEAN-FRANÇOIS DELISSE
prevnext

OSTENDE 1
UNION SAINT-GILLOISE 2
Les buts : 22 e ( 1-0), 40 e Fixelles sur pen. ( 1-1), 86 e Nielsen ( 1-2).
Union 1 re mi-temps : Kristiansen, François, Kandouss, Burgess, Boutouil, Van Der Heyden, Nielsen, Fixelles, Bah, Lapoussin, Undav.
Union 2 e mi-temps : Moris, François (67 e Vega), Burgess (67 e Bager), Kandouss, Hamzaoui, Van Der Heyden, Fixelles (67 e Lynen), Nielsen, Sigurdarson, Lapoussin (82 e Lubamba), Undav (67 e Brown).
Carte jaune : Hamzaoui.
Les hommes de Felice Mazzù ont poursuivi leur préparation par un nouveau succès, face à une équipe d’Ostende visiblement encore en gestation après la reprise du club par des investisseurs étrangers. L’Union loupait plusieurs grosses occasions en début de partie, avant que Burgess ne se troue, avec pour conséquence, un but encaissé contre le cours du jeu.
Les Bruxellois réagissaient toutefois avec un bloc qui ne lâchait rien et restait bien en place. Nielsen, dans tous les bons coups, provoquait un penalty que Fixelles convertissait en vue du repos. Et en fin de partie, en dépit de nombreux changements qui n’allaient pas nuire au rendement de son équipe, Felice Mazzù voyait Nielsen transformer un coup franc joliment. Le coach des Saint-Gillois ne boudait pas son plaisir. Après avoir félicité ses joueurs et avoir plaisanté avec son adjoint Karel Geraerts, il tirait les enseignements de ce très bon galop d’entraînement : « Certes, il y a une semaine à Eupen, la qualité du jeu était meilleure. Mais cette fois, nous avons évolué sur une pelouse étroite et difficile qui rendait compliquée une bonne circulation du ballon. Mais mes joueurs ont su s’adapter aux circonstances. Ils ont connu un bon début de match, mais ont encaissé sur une petite erreur. Ce n’était pas mérité. Ce n’était même pas une occasion de but, mais ce genre de faute individuelle peut arriver. »
« Positif pour la suite »
Les Unionistes ont eu le mérite de ne pas baisser les bras. « Leur réaction a été très positive. Ils ont su revenir au score et puis finalement s’imposer. Cette victoire fait du bien par rapport aux choses qu’on essaie de mettre en place durant la semaine. Mais nous restons bien sûr les pieds sur terre. Il ne s’agit que de rencontres préparatoires. On effectue des changements d’un match à l’autre. C’est encore une période où nous effectuons des essais, mais j’ai vu un bloc et une organisation, avec du fighting spirit. C’est positif pour la suite. »
L’ancien coach du White Star, du Sporting de Charleroi et de Genk sait qu’il reste des points à améliorer. « La finition laisse encore à désirer. Il y a encore du travail de ce côté-là. J’espère que plus aucun joueur ne partira (NDLR : Tabekou était absent et sa signature à Mouscron, que l’Union affrontera en match amical samedi prochain, semble imminente). Par contre, si renforts il devait y avoir, ce serait prioritairement dans le compartiment offensif. »

27 juillet 2020
8 08 50 0750
Avatar
foulephil
Member
Members
Nombre de messages du forum : 788
Membre depuis :
5 août 2015
sp_UserOfflineSmall Hors ligne
187sp_Permalink sp_Print

Tabekou doit passer ses tests médicaux
Actif à l’Union Saint-Gilloise depuis 2017, Serge Tabekou s’apprête à faire son retour en D1A, cinq ans après avoir disputé son unique match au sein de l’élite, avec La Gantoise. L’ailier droit a trouvé un accord avec l’Excel Mouscron. Son arrivée sera officialisée par le club hurlu en ce début de semaine. L’intéressé n’a plus qu’à passer ses examens médicaux.
Agé de 23 ans, l’ailier droit reste sur sa saison la plus aboutie avec huit buts au compteur en l’espace de 26 rencontres. Troisième meilleur buteur de D1B lors du dernier exercice, il a su tirer son épingle du jeu après être resté dans l’ombre du trio formé par Selemani, Niakaté et Tau au parc Duden. Buteur à 14 reprises en National (D3 française) en 2015-2016 avec Sedan, il avait ensuite éprouvé des difficultés à soigner ses statistiques lors de son retour en Belgique. Passé par OHL avant d’arriver à l’Union, il a passé quatre saisons au sein de l’antichambre. Sa faculté d’accélération constitue son point fort et permettra à Fernando Da Cruz de recenser une cartouche en plus sur le flanc droit. Serge Tabekou sera le treizième renfort estival de l’Excel Mouscron, après les arrivées de neuf joueurs lillois, d’Harlem Gnohéré, de Beni Badibanga et de Matias Silvestre.

25 juillet 2020
12 12 42 0742
Avatar
foulephil
Member
Members
Nombre de messages du forum : 788
Membre depuis :
5 août 2015
sp_UserOfflineSmall Hors ligne
186sp_Permalink sp_Print

4 e match de préparation pour l’Union
V.M.

Bager contre Genk.Belga
prev

Ce samedi, l’Union Saint-Gilloise disputera sa quatrième rencontre de préparation. Après des matches face au Crossing Schaerbeek (défaite 1-0), à Genk (défaite 3-1) et à Eupen (victoire 2-0), l’USG affronte Ostende, à la Côte et toujours à huis clos, sur le coup de 16h. Une bonne occasion pour Felice Mazzù de continuer à affiner les automatismes à pile quatre semaines du début du championnat (la première rencontre de l’Union sera -théoriquement- face à Waasland-Beveren le samedi 22 août). Pour ce faire, l’entraîneur carolo devra se passer de son milieu de terrain Teddy Teuma. Touché au genou lors du premier match face au Crossing, il sera absent au moins jusque début septembre. Mais Mazzù pourra par contre compter sur Jonas Bager, le défenseur central danois qui compte bien se mettre en évidence durant cette préparation. « Ma première année à l’Union a été désastreuse », analyse-t-il. « J’étais blessé en arrivant et cela a influencé toute la suite de la campagne. C’était vraiment difficile pour moi. Mais c’est lorsque tu traverses des moments compliqués que tu apprends à mieux te connaître. Je me sens désormais plus fort et ai encore plus de caractère. De plus, je me sens parfaitement en forme physiquement. J’espère que l’entraîneur l’a également vu… En tout cas, mon ambition cette saison est de me faire ma place dans le onze de base, même si je sais que ce ne sera pas évident. »
Et cela passera, pour commencer, par une bonne préparation.

25 juillet 2020
12 12 41 0741
Avatar
foulephil
Member
Members
Nombre de messages du forum : 788
Membre depuis :
5 août 2015
sp_UserOfflineSmall Hors ligne
185sp_Permalink sp_Print

Waasland/Beveren va en référé pour le calendrier, le Beerschot et OHL veulent un report de la D1A !
PHILIPPE GERDAY

Milosevic (W/Beveren).B.
prevnext

Pour paraphraser un certain Stromae, « quand il n’y en a plus, il y en a encore… ». Si la Pro League pensait avoir fait le plein de procédures susceptible de perturber le calendrier de la saison 2020-2021, le carrousel repart avec une nouvelle initiative ce vendredi de Waasland-Beveren, totalement indépendante de Virton (voir nos éditions de vendredi).
Pour le club waeslandien, le cauchemar a commencé par l’Assemblée Générale du 15 mai dernier qui, en sus des licences accordées au Standard, à Ostende et à Mouscron, s’est vu désigner comme descendant en D1B en qualité de 16 e classé après 29 journées. Le combat a été lancé sur trois fronts : par l’intermédiaire de son actionnaire principal, une plainte a été portée devant l’Autorité Belge de la Concurrence ; le club est allé devant la Cour Belge d’Arbitrage pour le Sport pour demander l’annulation de la descente décidée par l’AG ; enfin, une procédure de plus longue haleine a été engagée devant le Tribunal de Première Instance de Bruxelles pour contester la licence de Mouscron.
Débouté par l’ABC le 2 juillet, le club waeslandien a obtenu gain de cause devant la CBAS le 8 juillet, quelques heures après la publication du calendrier de D1A… sans Waasland-Beveren. Et même si la Pro League a remis au vote la relégation des pensionnaires du Freethiel (avec une meilleure argumentation demandée par la CBAS), c’est bien ce calendrier qui pousse à Waasland-Beveren à assigner l’Union Belge et la Pro League en référé lundi. En attendant le vote de l’AG prévue le 31 juillet à 11h, le club estime que la Pro League aurait dû produire pour un calendrier avec Waasland/Beveren en D1A pour le 23 juillet.
Audience lundi et peut-être un verdict le 31 juillet : une manière comme une autre de mettre la pression avant le vote. Avec l’espoir de le renverser ?
« Désavantagés »
Ce vendredi, le Beerschot et OHL, les finalistes de D1B, ont fait une demande conjointe à la Pro League pour reporter la reprise en D1A fixée au 8 août… alors qu’ils sauront seulement qui des deux clubs accède à la D1A le 2 août. « Nous avons constaté une incapacité à recruter des joueurs parce que nous ne pouvons pas leur garantir la D1A. Certains ont préféré signer dans des clubs assurés de figurer en D1A… dont des membres du Conseil d’Administration de la Pro League ! (…) Nous sommes clairement désavantagés. (…) proposer le report des deux premiers matches du promu est le signe que la Pro League est consciente du problème mais seul un report intégral a du sens. Compe tenu de l’évolution sanitaire, cela arrangerait peut-être aussi les clubs alors que cela reste gérable au niveau du calendrier… »
Sur le fond, les deux clubs n’ont pas tort mais ils auraient pu se manifester plus tôt… Ce sera au CA de la Pro League de trancher.

Fuseau horaire du forum :UTC 2

Nb max. d'utilisateurs en ligne : 47

Actuellement en ligne : vatoutkc
14 Invité(s)

Consultent cette page actuellement :
1 Invité(s)

Auteurs les plus actifs :

petitjack: 1059

danichou6: 862

foulephil: 788

Greg: 769

apache26: 751

Papy: 720

Dekat: 678

Coumans: 644

takos21: 510

Pierre: 483

Statistiques des membres :

Invités : 2

Membres : 3364

Modérateurs : 0

Administrateurs : 2

Statistiques du forum :

Groupes : 1

Forums : 5

Sujets : 613

Messages :16461

Nouveaux membres :

JosephJoymn, PercyNoP, Antoniosax, KastotF, IonyaTiene, niczorrrr, Safaraa, Rolandopof, ViklaerBip, ElliotL

Administrateurs : tifopat: 1008, dan: 2

CLASSEMENT D2

JOURNEE PRECEDENTE - RESULTATS

PROCHAINE JOURNEE - CALENDRIER