custom-header
Tubize n’a jamais été au niveau
Tubize n’a jamais été au niveau

Dans un match crucial à Louvain, Tubize n’a jamais semblé en mesure de pouvoir revendiquer quelque chose face à une équipe louvaniste qui ne lui paraissait pas davantage supérieure. C’est donc avec une nouvelle défaite dans leur valise et des doutes plein la tête que les Brabançons sont rentrés au stade Leburton.

Septième défaite de rang pour les Sang et Or qui ont coulé à Louvain 

Football – division 1B 

Après avoir touché le fond contre Malines mardi dernier, Tubize continue de creuser. Contre Louvain, qui comptait trois points de plus qu’eux

au coup d’envoi, les Sang et Or ont subi une septième défaite de rang et affichent un triste bilan de 6 points sur 39. Pire, les joueurs de Christian Bracconi n’ont presque rien montré au niveau du jeu, difficile dans ces conditions de pouvoir revendiquer quelque chose. « Nous sommes dans une situation urgente avec cette spirale négative qui n’en finit plus. Il est nécessaire de faire une réunion pour trouver des solutions et pour le moment je ne vois pas par quel moyen nous pouvons nous en sortir. Hormis par un gros recrutement, une remise en question de tout le monde ou des solutions du staff. Aujourd’hui (NDLR : samedi soir), nous ne pouvions pas faire beaucoup mieux », avoue Christian Bracconi, le T1 tubizien.

La rencontre avait tout de suite pris une mauvaise tournure pour l’AFC avec le but de Tshimanga après dix minutes avant l’égalisation miraculeuse d’Agyiri. Un but qui permettait à Tubize de retrouver un peu de confiance avant que Touré n’écope d’un carton rouge plus que contestable, son deuxième après

celui reçu face à Malines mardi. Le château de cartes s’écroulait alors et OHL plantait trois nouveaux buts.

« Tubize est une belle cible »

« Je vais rester digne et ne pas trop m’étendre sur l’arbitrage mais il faut croire que Tubize est une belle cible et qu’on aime bien tirer dessus. Nous avions de la chance d’atteindre la mi-temps avec un match nul et nous avions mieux démarré la deuxième mi-temps ; mais ce fait de jeu a détruit tous nos plans. Nous avons essayé de garder le résultat mais le spectre de la saison dernière semble toujours être présent. Nous faisons avec les moyens du bord et notre noyau est loin d’être le plus large de la série. Nous manquons d’expérience et de qualité. »

Alors que les Brabançons avaient fait de l’organisation défensive une de leur force, celle-ci prend l’eau puisqu’elle vient d’encaisser dix buts en l’espace d’une semaine. « Cela fait quelques matches que nous ne défendons plus comme il faut. Vu la mauvaise passe

», conclut Christian Bracconi. dans laquelle nous sommes, les joueurs sont fébriles et ne savent plus comment défendre

Signe du climat tendu à l’AFC, Josselin Croisé, le directeur général du club, est descendu dans le vestiaire après le match pour certainement remettre les pendules à l’heure…

15 % des points : le pire départ depuis l’arrivée des Coréens

La situation de Christian Bracconi, qui travaille d’arrache-pied pour trouver les solutions et bricole avec les moyens du bord, se complique de jour en jour. Les résultats actuels sont insuffisants et les chiffres parlent d’eux-mêmes : Tubize vit son pire début de saison en quatre ans.

Depuis l’arrivée des Coréens, le bilan comptable est dramatique pour… tous les entraîneurs, ou presque. Dante Brogno, qui était en place en début de saison 2014, a ainsi récolté 13 points sur 30 (43,3 % des points) avant d’être évincé, peu avant que le

duo Diawara-Saint-Jean (22,2 %), tous les deux intérimaires, ne décroche que deux petits points sur neuf. L’arrivée de Colbert Marlot, en place à partir de la fin octobre 2014, allait redynamiser les résultats, le Français arrachant 35 points sur 63 (55,5 %).

Lors de la saison 2015-2016, Marlot, qui était reconduit, gardait la tête de la formation des Sang et Or pendant une saison complète, assurant un bilan plus que raisonnable de 57 points sur 96 (59,4 %). Malgré cela, la direction décidait de se séparer de lui, jetant son dévolu sur Thierry Goudet qui après deux rencontres, et un point sur six, était déjà prié de faire ses valises (16,6 %). Régis Brouard, qui prenait la relève, allait permettre à Tubize de connaître des hauts et des bas, terminant les playdowns avec une certaine pression sur les épaules, mais évitant la relégation : avec 40 points sur 96 (41,7 %) en saison régulière et en playdowns, le Français réalisait un bilan comptable mitigé.

Demba viré après un 10 sur 45

Raison pour laquelle il était remplacé par Sadio Demba, mis à la porte quelques mois plus tard. Avec 22 % des points pris (10 sur 45), l’ancien assistant de John Bico au White Star comptabilisait en effet le pire bilan de tous les coaches des quatre dernières saisons (NDLR : ceux ayant dirigé au moins une dizaine de matches). Christian Bracconi, arrivé pour colmater les brèches, allait faire à peine mieux (28 %, 16 sur 57 en phase régulière et en playdowns), mais conservait la confiance de la direction. Une confiance qui s’effrite pourtant de semaine en semaine, Tubize vivant un départ cauchemardesque avec ses six points pris sur les 39 possibles, soit 15,3 % et, le pire ratio depuis l’arrivée des Coréens. Et pourtant, le coach français met tout en œuvre pour sortir ses troupes de cette zone délicate… Avant que son crédit ne soit épuisé ?

 

Laisser un commentaire

CLASSEMENT D2

JOURNEE PRECEDENTE - RESULTATS

PROCHAINE JOURNEE - CALENDRIER