custom-header
“Tubize m’a laissé tomber après quinze saisons”
“Tubize m’a laissé tomber après quinze saisons”

Coïncidence ou pas, c’est au moment où l’Union a besoin de joueurs capables d’aller au charbon que l’entraîneur Marc Grosjean vient de relancer Grégoire Neels. Car il sait qu’avec l’ancien Tubizien, il peut aller au combat.

Grégoire, votre retour récent dans le onze de base n’est pas passé inaperçu.

“Oui, surtout à cause de mon but face à Tubize, mon ancien club, la semaine dernière.”

On imagine que votre joie a dû être intense ?

“Oui, pour trois raisons. Tout d’abord, parce que c’était mon premier goal depuis mon arrivée à l’Union. De plus, cette réalisation était censée assurer notre maintien sportif. Enfin, c’était face à Tubize, le club qui m’avait laissé tomber après 15 saisons, alors que j’avais toujours tout donné pour lui. Et je l’envoyais, à ce moment-là du match, en D1 amateurs. Cela dit, le score final de 1-1 est logique.”

Une semaine plus tard, vous retrouvez le même adversaire. Dans quelle mesure les problèmes de licence du Lierse vont-ils influencer les débats ?

“Cela n’aura pas d’impact. Les deux équipes veulent se sauver sur le terrain. Et nous possédons toujours un avantage de 3,5 points sur Tubize. En cas de succès, nous serions mathématiquement sauvés.”

Comment avez-vous vécu l’actuelle saison où, jusqu’il y a peu, vous étiez simple réserviste ?

“Sereinement, car les choses étaient claires dès le depart. C’est ma troisième année à l’Union. À 35 ans, je suis très heureux de faire encore partie d’un effectif de D1B et suis avant tout au service du groupe. Et si la première saison, j’avais beaucoup joué, je m’étais ensuite reconverti en tant que défenseur central, où j’avais quand même disputé les 20 premiers matches de la défunte campagne, en plus de quelques autres en fin d’exercice.”

Votre récompense, ce fut alors cette prolongation de contrat ?

“Oui, et le fait de pouvoir rester footballeur pro. Après, avec l’arrivée de Thibaut Peyre, je savais que je jouerais encore moins. Mais vu les trop nombreuses occasions que nous avons offertes à nos adversaires au début

de ces PO3 , et à cause de la blessure de Thibaut, l’entraîneur m’a relancé.”

Avec une première bonne prestation face à Roulers puis une encore meilleure contre Tubize.

“Cela s’est bien passé en effet. Nous avons retrouvé un bloc équipe, de la confiance et du jeu, mais j’espère que nous n’aurons pas à regretter le but égalisateur que nous avons concédé lors de cette première confrontation directe face à l’AFC.”

“C’est à Tubize que je dois le plus beau moment de ma carrière”

Retrouver face à lui l’équipe de Tubize est toujours quelque chose de spécial pour Grégoire Neels.

Vous avez accompli l’essentiel de votre carrière à Tubize. Quels en ont été les temps forts ?

“On a d’abord été champion en D3, mais c’est surtout l’accession historique en D1 via

le tour final, il y a près de dix ans, qui a été fantastique. C’est le plus beau moment de ma carrière. Nous avions engrangé le maximum des points, 18 sur 18. Et la montée avait été officialisée grâce à notre succès par 0-1 à l’Antwerp, dans un Bosuil plein à craquer. Le retour à Tubize avait d’ailleurs été à la hauteur de l’événement. Le centre-ville avait été fermé à la circulation et de nombreux supporters étaient venus nous accueillir.”

En 15 ans au stade Leburton, vous avez dû côtoyer pas mal de personnalités ?

“J’y suis arrivé à 17 ans, en provenance d’un petit club de P3, la JS Ittroise. Et j’ai connu tous les changements au sein du club, qui était situé à dix minutes de chez moi. Outre l’ancien président, M. Langendries et Guy Brison, que j’ai retrouvé à l’Union, impossible de ne pas évoquer le correspondant

qualifié Michel Lekime, véritable mémoire vivante de l’AFC. Ou Théo Buelinckx, qui fut le premier coach à me donner une chance en D3 nationale. Après, il y a eu M. Saint-Jean, qui est sans doute l’entraîneur qui m’a le plus marqué, et a d’ailleurs beaucoup de points communs avec M. Grosjean, mon mentor actuel.”

Vous y aviez aussi travaillé sous les ordres de Felice Mazzù.

“Oui, il était encore peu connu à l’époque et avait amené toute sa passion et sa fougue. Puis, j’ai côtoyé Danny Ost et ses petits papiers, sur lesquels il écrivait ses instructions que je devais ensuite communiquer à mes coéquipiers en cours de rencontre. Enfin, il y a eu Dante Brogno, avec qui on a fait de très bons résultats en dépit de moyens limités. C’est avec lui que j’ai disputé ma dernière saison à Tubize. J’avais encore un an de contrat,

mais j’ai dû partir lorsque les investisseurs sud-coréens sont arrivés. La pilule fut difficile à avaler, d’autant que cela s’est passé plutôt froidement.”

Il y a retrouvé les mêmes valeurs

Greg l’unioniste

Après son départ forcé de Tubize, Grégoire Neels a su très vite rebondir. “M. Brison, qui avait entre-temps rejoint la direction sportive de l’Union, m’a rapidement contacté. Or, s’il y avait bien un club qui, du temps où j’étais à Tubize, ne me laissait pas indifférent, c’était l’Union, en raison de son stade, de son passé prestigieux et de ses supporters chaleureux. J’y retrouvais les mêmes valeurs qu’à Tubize, celles d’un club familial et attachant.” Au sein du matricule 10, il s’est lié d’amitié

avec les Bruxellois que sont les frères Cabeke mais aussi Anthony Sadin. “Ils sont partis depuis au RWDM, mais en compagnie de Charles Morren, on va souvent les voir jouer, et eux font de même avec nous.” Sa reconversion dans l’axe de la défense s’est finalement avérée un bon choix. “Je n’ai plus mes jambes de 20 ans. Mais mon vécu dans l’entrejeu m’aide à mieux anticiper et à mieux me positionner derrière.”

Grégoire a aussi la chance d’avoir été relativement épargné par les blessures. “Je n’ai jamais été gravement blessé en effet, à l’exception d’une fracture du tibia lors de mon avant-dernière saison à Tubize. Mais la cassure était tellement belle que le chirurgien ne m’avait, à l’époque, même pas plâtré, plaçant seulement une broche, ce qui m’avait permis de conserver toute ma masse musculaire. Et trois mois plus tard, j’étais déjà de retour. Par contre,

je n’ai jamais loupé un match à cause d’un problème musculaire. Cette robustesse me permet de m’entraîner sans appréhension et d’entrer facilement dans l’équipe, quand cela se révèle nécessaire, car je suis toujours en condition.”

réactions

Marc Grosjean T1 Union

“Un solide lieutenant”

“Ah si j’avais plusieurs Neels dans mon équipe ! Son style n’est pas toujours très orthodoxe, mais son expérience et sa mentalité sont incomparables. En plus, il fait preuve d’un enthousiasme communicatif pour ses jeunes partenaires. Il ne lâche jamais rien et a un sens du placement hors du commun. Avec lui, on peut aller à la guerre, c’est un solide lieutenant, un véritable clubman comme il en reste peu, qui donne tout pour ses couleurs. Enfin, on aurait presque

tendance à oublier que c’est aussi un excellent relanceur.”

Philippe Saint-Jean ex-T1 Tubize et Mouscron

“Il bosse pour l’équipe”

“Il est la preuve vivante que le mental est plus important que le reste. Il était à peine arrivé d’un petit club qui descendait en P4 que je l’avais replacé comme arrière droit pour un match amical face au Standard qui avait lieu très tôt dans la saison. À un poste qu’il découvrait, il avait fait preuve de beaucoup d’intelligence pour neutraliser son adversaire. S’il prend des cartons, et il en a même pris jusqu’à 15 sur une seule saison, c’est toujours dans l’intérêt de l’équipe. Et il ne se fait d’ailleurs quasiment jamais exclure. Il essaie aussi de se faire bien voir par les arbitres au début des rencontres. C’est un malin, mais il fait tout cela pour le bien du collectif.”

Dante Brogno ex-T1 Tubize, T1 du FC Liège

“Précieux”

“Greg est un joueur très intelligent. Il n’a pas eu de formation, mais il a toujours été très à l’écoute. Il est très précieux sur et en dehors du terrain. Mais c’est surtout quand il est absent que vous sentez la différence. C’est sous mes ordres qu’il a connu sa seule grave blessure et il nous avait alors terriblement manqué. Il a souvent été sous-estimé, mais je trouve, avec du recul, qu’il aurait même pu jouer beaucoup plus de matchs en D1, même s’il peut être légitimement très fier de son parcours.”

Laisser un commentaire

CLASSEMENT D2

JOURNEE PRECEDENTE - RESULTATS

PROCHAINE JOURNEE - CALENDRIER