custom-header
Tubize a donné  une véritable leçon à  l’Union Saint-Gilloise
Tubize a donné une véritable leçon à l’Union Saint-Gilloise

Les Brabançons ont profité des faiblesses adverses

M.FA.
En confiance après leur bonne sortie face à l’Antwerp il y a une semaine, les Tubiziens ont confirmé leur bonne forme en disposant, facilement, de Saint-Gillois toujours enlisés en pleine crise avec un bilan porté désormais à deux points sur dix-huit.
Au coup d’envoi, il n’y avait finalement quasiment aucune surprise entre les deux formations qui, à l’instar des autres pensionnaires de la D1B, commencent à se connaître sur le bout des doigts.
Régis Brouard avait décidé de lancer dans le grand bain Camargo pour occuper le poste d’arrière droit et ainsi permettre à Touré de reprendre une position axiale avec l’absence de Quentin Laurent.
Marc Grosjean, de son côté, avait décidé de faire confiance à l’expérience de Cédric Fauré pour, enfin, alimenter un secteur offensif en pleine crise d’efficacité. L’ancien attaquant de Charleroi reléguait du même coup Aoulad, transparent depuis quelques semaines, sur le banc. Un choix tactique qui devait permettre aux Unionistes de faire la différence mais encore fallait-il que les ballons arrivent jusque-là… Face à une organisation quasiment sans faille de la part de Tubize, et surtout un pressing diablement efficace, les Saint-Gillois ont été littéralement asphyxiés.
Dix petites minutes. Voilà le laps de temps où l’Union a fait illusion. Ensuite, un missile de Ba aux 25 mètres, libre de tout marquage, a définitivement enfoncé la tête des Bruxellois dans le gazon tubizien. Massengo, laxiste dans son marquage sur le but d’ouverture, en a payé les frais après la demi-heure lorsque Marc Grosjean a décidé de le remplacer par Aguemon.
Pendant ce temps-là, Tubize avait déjà doublé le score avec un but de Touré et les errements défensif de Wallaert qui devait tenir l’arrière central tubizien.
Sur du velours, les hommes de Régis Brouard n’ont eu, pour la suite, aucune difficulté à gérer la rencontre tant l’Union était à côté de son sujet.
Les Tubiziens ont même parachevé leur prestation d’un troisième et dernier but par l’inévitable Diallo, extrêmement bien placé et qui a tiré profit d’un superbe travail de Zenke sur le côté droit.
L’agacement était alors bien visible sur les visages saint-gillois et on sent plus que jamais que l’état d’esprit du groupe vacille. La trêve ne pouvait sans doute pas mieux tomber pour que les joueurs puissent se remettre chacun en question. C’est en tout cas ce qu’espère le coach unioniste. Cette défaite est sans aucun doute collective et Marc Grosjean aura fort à faire pour ramener un peu de sérénité au sein de son groupe.
En face, l’état d’esprit est aux antipodes avec une formation tubizienne plus que jamais relancée dans la course au top 4. Les Tubiziens ont fait preuve de beaucoup de métier lors de leurs récentes sorties et s’ils redémarrent 2017 de la même manière qu’ils ont terminé 2016, ils pourront légitimement se battre pour tenter d’obtenir le précieux ticket pour les playoffs 2.

Quelques jours de repos pour oublier la crise

Le manque d’inspiration actuel inquiète…

M.FA.
L’Union Saint-Gilloise ne parvient décidément pas à sortir de la spirale négative dans laquelle elle est engouffrée depuis maintenant six semaines. Au-delà du bilan de deux points sur dix-huit, c’est la manière qui inquiète.
Lors du début du second tour, l’Union avait un calendrier pour le moins chargé. Les Saint-Gillois devaient en effet se farcir le Lierse, l’Antwerp et Roulers. Si le bilan comptable était maigre, un point sur neuf, la manière laissait au moins présager des jours meilleurs avec un calendrier plus abordable. Force est de constater que non. Le bilan comptable est identique alors que les hommes de Marc Grosjean ont défié le Cercle, Lommel et Tubize. Pire, le jeu proposé est en chute libre et la prestation de ce samedi soir a sans doute mis en lumière les carences techniques, physiques et mentales des Saint-Gillois.
« Nous sommes vraiment dans une mauvaise passe », confirme Charles Morren. « Nous n’arrivons pas à relever la tête quand nous encaissons un but. La trêve arrive au bon moment et j’espère qu’elle fera du bien pour repartir du bon pied en 2017 », ajoute le capitaine par intérim de l’Union.
Face à ces constats d’échec successifs, le retour sur terre est brutal pour une formation qui était tout de même parvenue à se hisser à la 4e place du premier tour.
« Nous sommes contraints de regarder derrière désormais et cela nous remet les pieds sur terre alors qu’on aurait pu avoir tendance de regarder plus haut à un moment donné. »
La remise en question devra en tout cas être collective et surtout rapide.
« C’est dommage de prester comme nous le faisons par rapport à tout ce qu’on a déjà pu montrer mais il faut profiter de cette trêve pour tous se remobiliser. À l’heure actuelle, nous avons du mal mentalement et physiquement. »
Seule éclaircie sur le sombre tableau saint-gillois, les adversaires directs du matricule 10 dans la lutte au maintien ont aussi perdu ce week-end. C’est d’ailleurs le seul point positif souligné par Marc Grosjean à l’issue de la rencontre, conscient que son équipe est passé totalement à côté de son sujet.
« C’est la seule maigre consolation. Nous conservons toujours nos cinq points d’avance sur Lommel. Par rapport à notre rencontre, Tubize a joué à son niveau alors que nous nous sommes effondrés après le premier but. Nous n’avons jamais su réagir. Nous n’avons pas tenu le niveau de la rencontre. L’adversaire mérite son succès, sans discussion. C’est une déception totale et je suis aussi déçu pour nos supporters que j’aimerais féliciter pour leurs encouragements tout au long de la rencontre », précisait le coach.
Des supporters qui, malgré la défaite et la spirale négative actuelle de leur club, ont encore chanté longuement dans les travées du stade Leburton. Finalement, il n’y a que ces Saint-Gillois là qui ont été à la hauteur du rendez-vous samedi soir. Comme bien trop souvent ces temps-ci.
EXPRESS

Camargo de retour

Lefaix.

L’attaquant de Tubize s’est occasionné une blessure et a donc pris place en tribune.

Congés Tubize.

Dès la fin du match samedi soir, les Tubiziens étaient en congés et ce pour une bonne semaine.

Camargo.

C’était la première apparition de Camargo cette saison après sa blessure aux ligaments croisés du genou subie la saison dernière, soit le 8 avril dernier contre le Lierse.

Congés Union.

Certains joueurs, les plus utilisés, sont en congés jusqu’au 26 décembre. D’autres reprendront dès ce jeudi pour préparer l’amical face au RWDM.

Affluence.

254 supporters unionistes ont fait le déplacement pour suivre la rencontre. Avec les places invitées, l’assistance saint-gilloise dépassait les 300 entrées. Au total, il y avait près de 1800 personnes présentes au stade Leburton samedi soir, en comptant l’ensemble des abonnés…

Le Top 4 en ligne de mire

Face à des Unionistes mal en point, les Tubiziens ont géré avec maîtrise cette dernière rencontre de l’année 2016. L’objectif était de confirmer le bon partage de l’Antwerp tout en restant dans la course au Top 4, il est pleinement atteint au bout de 90 minutes de très bonne facture.

On a vu des Tubiziens appliqués, ne concédant pratiquement pas la moindre occasion à leurs adversaires et inscrivant trois buts, sans en encaisser un seul. “Il y a des soirées comme ça où tout vous réussi”, se plaisait à commenter Régis Brouard.

Plus que les trois points, on a surtout éprouvé du plaisir à voir jouer cette équipe de Tubize qui semble enfin avoir eu le déclic nécessaire, celui

qui lui permet de dominer une rencontre avec sérénité et d’être concentré durant 90 minutes. “L’équipe a accompli un vrai match, complet dans tous les domaines. Il y avait beaucoup de maîtrise de la part de mes joueurs qui ont empêché l’Union de développer son jeu habituel”, ajoute le coach tubizien.

Un succès d’autant plus important qu’il pourrait se révéler décisif pour la suite de la saison. “C’était un match couperet, important pour la suite. On ne sait jamais comment les joueurs vont réagir lorsqu’il s’agit du dernier match avant les vacances. J’ai donc fait appel à leur conscience professionnelle et ils se sont comportés comme des professionnels.”

Après la trêve, marquée par un stage aux Pays-Bas du 26 au 30 décembre, il restera huit matches aux Tubiziens pour aller décrocher cette fameuse place dans le Top 4, l’objectif avoué du club. “La trêve va faire du bien à tout le monde. On est sur

une bonne dynamique mais mes joueurs ont besoin de souffler. Après, on va bosser dur pour préparer ces huit derniers matches, à commencer par deux déplacements capitaux à Bruges et à Louvain. On devra se servir de notre prestation à l’Antwerp où on a prouvé qu’on a une équipe capable de faire des résultats à l’extérieur. Je sais que ces matches seront importants mais mon équipe est en progression, capable d’atteindre l’objectif du club.”

Sébastien Sterpigny

tubize : Beunardeau, Camargo, Fabre, Touré, Dudouit, Ba (90e Ha), Garlito, Babic (81e Betsch), M. Laurent, Zenke (90e Amallah), Diallo.

union : Saussez, Mpati, Neels, Martens, Cabeke, Massengo (38e Aguemon), Morren, Wallaert, Fixelles (64e Aoulad), Rajsel (86e Salah), Fauré.

arbitre : M. D’Hont.

avertissements : Martens, Fixelles, Babic.

les buts : 8e Ba (1-0), 36e Touré (2-0), 69e Diallo (3-0).

Une fin d’année pleine de doutes

L’Union vient de boucler son année 2016 par un inquiétant 2 sur 18. Six matches sans victoire pour une équipe qui dégringole au classement et doit désormais regarder derrière elle avant de songer à une éventuelle place dans le Top 4.

Plus inquiétant : on n’a pas senti les joueurs capables de se révolter samedi sur la pelouse du stade Leburton. Une fois le but de Ba tombé à la 8e minute de jeu, tout s’est écroulé pour l’Union. “On n’avait pas trop mal commencé ce match et puis à partir de ce but de Ba, nous étions de moins en moins bien dans cette partie. On n’a pas été à la hauteur de la rencontre. Mais le plus regrettable,

, confiait Marc Grosjean. c’est de ne pas avoir eu la réaction que l’on aurait dû apporter”

Un entraîneur très réaliste quant à la prestation de son équipe. “Ce fut une prestation insuffisante face à un adversaire de qualité.”

De quoi laisser l’Union avec ses doutes pour les fêtes suite à ce bilan de six matches sans victoire. “Il faut savoir vivre avec, sinon il faut changer de métier”, a simplement rétorqué le coach saint-gillois.

Dès lors, comment expliquer un off-day comme celui de samedi ? “Nous avons une équipe dont la plupart des joueurs n’ont pas l’habitude de jouer à un tel niveau. Il y a de la pression, l’absence de résultats n’est pas toujours facile à vivre, certains joueurs ne sont pas à leur meilleur niveau, d’autres sont fatigués, ont besoin de repos. Sans oublier que nous jouons face à de très bonnes équipes. Et quand nous ne sommes au top de notre forme, ça nous met toujours en difficulté.”

La trêve arrive donc au bon moment pour l’Union. “Il faudra passer ce petit break le mieux possible pour se remettre dedans très rapidement afin de ne pas rater le match de reprise contre OHL.”

Malgré la mauvaise passe, Marc Grosjean reste serein. “Il faut voir les choses positivement. Notre ambition, c’est le maintien et nous avons cinq points d’avance sur Lommel, tout en étant devant le Cercle. La situation n’est pas si catastrophique que ça. On est dans un timing de points qui est correct.”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CLASSEMENT D2

JOURNEE PRECEDENTE - RESULTATS

PROCHAINE JOURNEE - CALENDRIER