custom-header
Un titre aux prolongations

L’incroyable suspense entre eupen, l’Antwerp et le White Star se prolongera au-delà de l’ultime journée de division 2 qui se disputera samedi soir

EUPEN: 61 POINTS  PREMIER 18 VICTOIRES +35 BUTS

Comme les deux autres formations du White Star Bruxelles et de l’Antwerp étant concernées par le titre en Proximus League, Eupen vit une période délicate suite à l’affaire Jeffrey Rentmeister. En effet, étant donné que les Bruxellois ont récupéré deux points vis-à-vis de Seraing (à présent gelés suite à l’appel suspensif de plusieurs clubs de D2 et le fait que la CBAS ne devrait pas se réunir avant ce samedi), le vainqueur du duel entre les Anversois et Eupenois ne pourra pas laisser éclater sa joie. «

CONFIANT À 100% »

Par contre, si ces deux formations venaient à partager l’enjeu, et que le White Star écartait le Patro Maasmechelen, les Bruxellois seraient champions à condition d’obtenir leur licence lundi. Du côté d’Eupen, l’objectif des dirigeants germanophones n’a pas changé d’un iota, malgré quelques déclarations surprenantes entendues ces derniers jours.

«Vous pouvez me croire, Eupen désire gagner toutes ses rencontres, mais le football n’est pas de la mathématique. Comme je l’ai toujours déclaré depuis l’arrivée d’Aspire en Belgique en 2012, notre ambition est de rejoindre la Pro League et notre attention est toujours fi xée sur le prochain match. Donc, nous effectuerons le déplacement à l’Antwerp pour remporter cette nouvelle fi nale. Seulement, au contraire des dernières saisons au cours desquelles nous avons disputé deux autres fi nales décisives en les perdant, la pression ne sera pas sur nos épaules et je suis confi ant à 100%, car nous sommes en meilleure position sur le plan mental.»

Le directeur sportif Josep Colomer laisse la parole au directeur général Christoph Henkel. « Il s’agira d’un duel très spécial où la pression sera présente sur le plan émotionnel. Nos joueurs devront monter sur la pelouse du Bosuil sans se poser la moindre question, comme ils le font très bien depuis notre remarquable remontée au classement avec un bilan de 25 points sur 27. Pour moi, les chances de l’Antwerp et d’Eupen sont égales et notre club ne doit penser à rien d’autre que de remporter les trois unités.» –

ANTWERP: 61 POINTS DEUXIÈME 18 VICTOIRES +32 BUTS

À l’Antwerp, même si on ne le dit pas ouvertement, probablement par superstition, c’est un sentiment de gâchis énorme qui prédomine en ce moment. Club le plus ancien du Royaume, le « Great Old » a longtemps caracolé en tête de la Proximus League, possédant à un moment donné, fin janvier, jusqu’à 7 points d’avance (avec un match de moins…) sur le White Star et même 12 sur Eupen !

Mais ce viatique a fondu comme neige au soleil pour des raisons diffi ciles à trouver. Sur ses dix derniers matches, le club anversois n’a en effet empoché que 13 unités sur les 30 mises en jeu (pour 24 au White Star et 25 à Eupen), concédant notamment cinq défaites, dont trois à domicile. Avec l’appui de son fervent public (jusqu’à 13.000 personnes au Bosuil !) et l’expérience de ses joueurs cadres (Biset, Colpaert, Dequévy, Dufer, Fauré, Naessens, Schmisser ou Limbombé, excusez du peu…), jamais le matricule 1 n’aurait dû laisser revenir ses concurrents directs, le White Star et Eupen.

Sa « finale » du championnat, qu’il lui suffisait de remporter (ou même de faire match nul s’il n’avait pas été battu le week-end passé à l’Union) sans la décision rendue mardi par la Commission des litiges, aura une saveur tout autre, samedi soir. Parce que même un succès ne l’assurerait pas de la montée si, dans le même temps, le White Star s’impose face au Patro Eisden. Du côté des supporters, l’abattement est généralisé. « On a le sentiment qu’on n’y arrivera jamais », glisse l’un d’eux, abattu. « On demande aux joueurs de faire le nécessaire sur le terrain et on verra ce qu’on peut faire administrativement par la suite », soutient Yorik Torreele, le directeur général.

ANVERS MÉRITE LA D1

Il faut dire que l’Antwerp, qui jouait autrefois un rôle en vue en D1, l’a quittée voici 11 ans et vivrait mal une 12e saison un échelon plus bas, après avoir frôlé son rêve de retour en D1 de si près. Une ville comme Anvers, où le foot a aussi droit de cité au Beerschot, « mérite » sans doute un club en D1 mais l’Antwerp a joué avec le feu et n’est de toute façon pas assuré de pouvoir monter en D1 au cas où le scénario espéré se produisait (nul ou défaite du White Star, victoire face à Eupen)

 

WHITE STAR: 60 POINTS TROISIÈME 18 VICTOIRES +22 BUTS

Quelques jours après avoir viré en tête du classement général, les hommes de John Bico ont retrouvé leur troisième place suite à l’appel suspensif rendu à la Cour Belge d’Arbitrage pour le Sport (CBAS) par Seraing et Eupen. Celui-ci gèle actuellement les deux points de « l’affaire Rentmeister ». Malheureusement, personne n’est en mesure d’avancer une date officielle pour le verdict définitif de la CBAS.

À l’heure d’écrire ces lignes, l’ASBL planchait sur le calendrier des prochaines échéances et préfé- rait attendre ce matin pour communiquer une date précise. Dans ce cas de fi gure, il se pourrait que la dernière journée de championnat se joue normalement, sans pour autant connaître le futur champion. Il faudrait pour cela que le White Star Bruxelles réalise, au moins, le même résultat que ses deux principaux concurrents pour le titre. Après quoi, le verdict de la CBAS décidera du futur lauréat. Si elle décide de donner raison aux Étoilés, ces derniers seront alors champions. Dans le cas contraire, ce sera soit les Anversois, soit les germanophones.

Toutefois, il se peut que la décision de la Cour Belge d’Arbitrage pour le Sport n’ait aucune incidence sur les ré- sultats du week-end. En effet, si les Étoilés battent leur adversaire et que, dans le même temps, les deux autres se neutralisent, ils seront alors sacrés. Mais si le White Star Bruxelles s’incline à domicile et qu’il y a un vainqueur de l’autre côté, les deux points n’y changeront rien et ce sera soit l’Antwerp, soit Eupen champion.

Par contre, en cas de titre, le White Star Bruxelles devra encore s’occuper de sa licence. Car, à l’heure actuelle, les Molenbeekois sont toujours à la rue. La commune leur a bien soumis une convention bipartite pour l’occupation du stade Edmond Machtens mais le club n’a pas encore donné signe de vie à ce sujet. Pourtant, sa priorité est bel et bien de poursuivre l’aventure à Molenbeek.

Et quand on sait que l’obtention de la licence, qui devra être défendue lundi soir devant la Cour Belge d’Arbitrage du Sport (CBAS), coince à cause du stade, le White Star Bruxelles n’a pas inté- rêt à trop traîner.

Les prochains jours seront donc cruciaux pour le club bruxellois qui a rendez-vous avec son destin. Le tout sera d’arriver à l’heure afin d’ouvrir un nouveau chapitre de son récent livre. –

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CLASSEMENT D2

JOURNEE PRECEDENTE - RESULTATS

PROCHAINE JOURNEE - CALENDRIER