custom-header
Seraing
Seraing

« Pourri jusqu’à l’os »

Alors que l’Union belge se distingue encore, Seraing s’en va défier Heist ce samedi (20h)

J.V.
Dernier devoir pour Seraing, ce samedi, à Heist. Un match qui n’aura aucun impact sur le classement final d’un championnat qui a encore subi les caprices de l’Union belge.
Ce samedi 20h, Seraing clôture sa saison avec un déplacement à Heist. Un match sans le moindre enjeu si ce n’est celui de terminer en beauté et ainsi d’atténuer légèrement le souvenir d’une saison particulièrement compliquée, non seulement pour le club mais aussi, et surtout, pour toute la division 2.
Un exercice 2015-2016 où l’Union belge s’est à nouveau distinguée. Et certainement pas en bien.
En point d’orgue : l’affaire Rentmeister. Dans laquelle le défenseur sérésien n’a finalement joué aucun rôle. « Il n’a absolument rien à se reprocher, mais ce n’est pas une situation très agréable pour lui », explique José Jeunechamps. « Son nom est tout le temps cité. Certains vivraient mal la situation. Mais je l’ai observé, cette semaine particulièrement, et il s’est bien entraîné, n’a montré aucun signe d’inquiétude. »
Et l’entraîneur sérésien de se pencher sur le sujet sportif de conversation nº1 de cette fin de saison dans notre Royaume. Un sujet qui vient même jeter de l’ombre sur le championnat de D1 et ses playoffs 1. « Ce serait terrible si Seraing avait fauté, mais ce n’est pas le cas. Ce championnat est pourri jusqu’à la moelle ! Vite, que cela se termine ! Ce qui se passe est pathétique. Le football, ce n’est pas cela. Tu es dans le top 8, tu joues en D1 B la saison prochaine. Tu termines premier, tu montes. Le sportif doit primer sur tout. Ici, on balance des licences et de multiples autres contraintes extra-sportives… Je suis d’accord qu’il faille un contrôle minimum, notamment des finances. Qu’on veille à ce qu’il n’y ait pas de dette, qu’un club soit en ordre au niveau de l’ONSS, sinon ce serait la porte ouverte à tout et n’importe quoi. Un club pourrait attirer un joueur lui promettant des milliers d’euros et ne lui payerait pas sans cela. Mais que cela se limite aux impératifs d’une entreprise normale. Imposer de telles règles pour les stades par exemple, c’est n’importe quoi. Avec Metz, un jour, nous sommes allés jouer à Fréjus. À côté du terrain de ce club de Nationale, le Tultay, c’est Wembley. Là, les joueurs s’entraînent et jouent le week-end sur la même pelouse, mais il n’a pas de souci de survie. Regardez Eupen. Lorsqu’il est monté en division 1, il a dû changer son stade, installer un terrain chauffé… Avant de, sportivement, redescendre à l’échelon inférieur causant de gros soucis financiers et la vente du club ! Avec l’Union belge, il y a une affaire chaque année. C’est comme les politiciens, on s’en plaint mais on continue de voter pour les mêmes… Les membres de l’Union belge sont plus soucieux d’entretenir leurs réseaux pour conserver leur mandat que pour réellement travailler. Tous se lavent les mains de ce qu’il se passe. Ils ne collaborent même pas avec la FIFA. Moi, si je commets une faute dans mon boulot d’entraîneur, il se passe quoi ? Je suis dehors. C’est aussi simple que cela. »
Un travail d’entraîneur particulièrement compliqué à exercer dans ces conditions. Comment motiver les joueurs quand de telles décisions bouleversent systématiquement l’ordre sportif établi ?
José Jeunechamps a la réponse et elle est pour le moins étonnante. « On triche, on leur ment. Le championnat est pipé puisqu’à n’importe quel instant, il peut se passer quelque chose au niveau de la réglementation. On leur demande de faire abstraction de cela et de se donner à fond sur le terrain… Donc on leur ment. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CLASSEMENT D2

JOURNEE PRECEDENTE - RESULTATS

PROCHAINE JOURNEE - CALENDRIER