custom-header
Un nouveau bail à prolonger
Un nouveau bail à prolonger

Généralement, on parle de l’entraîneur pour stigmatiser les mauvais résultats de son équipe. Quand les choses vont bien, le patron sportif est rarement mis en avant. Pourtant, à l’Union, on devrait, chaque semaine, mettre les prouesses des Unionistes en exergue et, par corollaire, le boulot de leur patron.

Lorsqu’il a débarqué en mai 2015, Marc Grosjean avait signé un contrat de deux saisons plus une en option. Il va sans dire que les dirigeants bruxellois ont plus qu’intérêt à lever celle-ci le plus rapidement possible en n’hésitant pas une seule seconde à proposer un nouveau bail de plusieurs saisons à leur mentor liégeois tant celui-ci réalise de l’excellent

travail depuis son arrivée à la chaussée de Bruxelles.

N’ayons pas peur des mots : il y a belle lurette que le matricule 10 n’a plus possédé un entraîneur de ce calibre-là. Si, aujourd’hui, l’Union est là où elle se trouve, elle le doit, outre aux joueurs, en grande partie à son T1… et à son staff technique. Erick Rios, Cédric Belin et Frédéric De Meyer s’entendent comme larrons en foire et les résultats de l’équipe sont le fruit de leur travail.

Cependant, eu égard aux budgets de la D1B, on peut parler de miracle dans le chef des Saint-Gillois. On ne parle pas ici des qualités des joueurs, que l’on sait nombreuses dans la mesure où le noyau a peu changé par rapport à l’an dernier, mais plutôt des conditions, indignes, d’entraînements qui sont à l’opposé de ce dont un club de D1B doit bénéficier.

Les résultats sportifs sont, il faut bien l’admettre, l’arbre qui cache la forêt depuis deux saisons.

Professionnel, trop selon certains, Marc Grosjean a su mettre beaucoup d’eau dans son vin pour travailler dans une relative sérénité. Peu de ses confrères auraient accepté. Après avoir réussi à qualifier les Jaune et Bleu pour la D1B et en passe de réussir le challenge de les maintenir à cet échelon – surtout s’ils remportent leurs deux derniers matches de la phase classique –, Marc Grosjean, selon les bruits de couloir, ne serait pas contre de poursuivre l’aventure, mais il mériterait avantage qu’une saison. L’Union est à la croisée des chemins : le président Baatszch doit être conscient que la saison prochaine, pour rivaliser avec des cylindrées du calibre de clubs ayant un passé récent ou plus lointain en Pro League, il va falloir augmenter le budget. Cela passera également par une capacité à s’entourer de gens compétents, sur et en dehors du terrain – on pense ici à partager son pouvoir qui, de toute façon, devient trop lourd financièrement pour un seul homme. Prolonger Marc Grosjean d’au

moins deux saisons serait le premier signal fort dans cette voie…

Le nouveau succès d’un collectif qui ne cesse de s’améliorer

Face au Cercle, on a revu, une fois de plus, une excellente équipe de l’Union, où chacun accomplit sa part de travail au profit du collectif. Ainsi, auteur de plusieurs raids dévastateurs, Yannick Aguemon a aussi failli ouvrir la marque, quelques instants avant que Perdichizzi n’inscrive l’unique but de la partie.

“J’ai adressé un bon envoi mais le gardien l’a détourné. Quelques-uns de mes centres auraient

aussi pu être mieux exploités. Pour le même prix, je finissais le match avec un but et trois assists . Dans le vestiaire, j’ai dit à mes coéquipiers qu’ils devaient arrêter de saboter mes statistiques”, plaisantait le Franco-Béninois qui a acquis une nouvelle dimension cette saison. “Le coach me demande de mettre beaucoup d’activité sur le côté droit, tout en ne négligeant pas ma part de boulot défensif. Je pense avoir répondu à ses attentes ces derniers temps. Toutefois, le plus important, ce n’est pas ma propre personne mais l’équipe et ses résultats. Or, celui de vendredi dernier est excellent. Nous avons pris la mesure d’un concurrent direct.”

Lequel est définitivement écarté de la course au Top 4; contrairement à Tubize. “Cette équipe reste devant nous au classement et il va falloir bien récupérer avant de la recevoir, car nous avons dépensé pas mal d’énergie sur une pelouse très difficile.”

Une fois de plus omniprésent dans l’entrejeu au stade Jan Breydel, le capitaine de la formation saint-gilloise Charles Morren a même poussé le vice jusqu’à aller voir le match de ses futurs adversaires contre Roulers.

“C’est une équipe qui pratique un jeu agressif, raison pour laquelle elle prend beaucoup de cartons. Elle est difficile à manœuvrer, imprévisible. Et jusqu’ici, elle ne nous a pas trop bien réussi. Il est temps de mettre fin à cette série d’insuccès. Même si l’objectif est avant tout d’éviter la dernière place, il est évident que disputer les PO2 serait une superbe expérience pour tout le club, mais aussi pour le groupe des joueurs. Ce serait très instructif et intéressant pour notre visibilité. Nous allons tout donner lors des deux derniers matches pour pouvoir y accéder.”

À l’Union

MPATI Tracy a purgé son match de suspension et reviendra dans la sélection pour le match à domicile face à Tubize, au contraire de Martens, qui a récolté son cinquième bristol jaune au stade Jan Breydel.

N’GAKOUTOU La nouvelle recrue saint-gilloise s’est longuement échauffée, mais n’a pas reçu de

temps de jeu, contrairement à Fixelles et à Neels, les deux seuls réservistes utilisés par Marc Grosjean pendant les dix dernières minutes du match. Les autres remplaçants étaient Sadin, Wallaert, Fauré et Mombongo. Comme prévu, Salah, Vandiepenbeeck, Palmeri, Okita et Baherlé n’étaient pas dans les 18.

J.-F. De.

Les buteurs de D1B

21 buts : De Belder (Lierse, +1).

10 buts : Yagan (Cercle Bruges); Bertjens (Lommel); Rajsel (Union SG).

8 buts : Joachim (Lierse, +1); Diallo (Tubize).

7 buts : T. Kis (Cercle Bruges); Kostovski (OH Louvain, +1); Da Silva (Union SG).

6 buts : Masika (Lierse); Casagolda (OH Louvain); Kehli (Roulers, +1); Lefaix (Tubize).

Laisser un commentaire

CLASSEMENT D2

JOURNEE PRECEDENTE - RESULTATS

PROCHAINE JOURNEE - CALENDRIER