custom-header
L’USG évite la chute sur la patinoire tubizienne
L’USG évite la chute sur la patinoire tubizienne

Les Unionistes débuteront les playdowns avec quatre précieux points d’avance sur la lanterne rouge 

Football – Division 1B (AFC Tubize – Union Saint-Gilloise) 

Le Tubize – Union de ce dimanche après-midi ressemblait à s’y méprendre à… « Holiday on Ice » ! Sur un terrain à moitié verglacé, les 22 acteurs auraient peut-être dû chausser leurs patins à glace pour éviter certaines chutes et pour garder l’équilibre. Car la partie non-ensoleillée de l’enceinte des Sang et Or étaient, une nouvelle fois (NDLR : généralement, c’est à cause de la boue) impraticable.

« Je trouve cela scandaleux que l’on permette à deux équipes d’évoluer sur une telle surface », avançait, remonté, Marc Grosjean. « C’est indigne d’un championnat pro et je trouve cela dommage que le groupe

. » tubizien ne puisse pas profiter d’un meilleur terrain pour ses propres performances. D’ailleurs, nous l’avons bien vu lors de ce match : l’équipe défendant sur cette partie de terrain n’a pas pu exister pendant une période

C’est ainsi que l’Union, qui débutait sur la partie « patinoire », voyait les hommes de Christian Bracconi prendre l’avantage suite à un coup franc de Schuster poussé dans les files par Kané, qui vivait sa première titularisation. Il n’est d’ailleurs pas étonnant de voir le danger venir sur phase arrêtée dans de telles conditions. Et l’Union l’a bien compris puisqu’en deuxième période, Perdichizzi, à la nonantième minute, égalisait sur corner.

« C’est un match conforme aux conditions », précisait le coach liégeois des Unionites.

« En première période, nous évoluions du côté de Paris-Roubaix. Et c’était impossible de défendre de manière correcte. Puisque nous avions été dominés par les Tubiziens, j’ai dit à mes joueurs que notre tour viendrait en seconde période. C’est ce qu’il s’est passé : nous avons pu presser haut et amener le danger dans la surface adverse. »

Une semaine de congé

L’objectif principal

de l’Union Saint-Gilloise est dès lors rempli : ne pas perdre face à la lanterne rouge qui, en cas de succès, se serait rapprochée au classement. À l’inverse, en partageant l’enjeu, les Bruxellois conservent quatre unités d’avance après avoir divisé les points par deux. L’Union possédera ainsi seize points contre douze pour Tubize au moment d’aborder les playdowns d’ici un mois. « Nous avons limité la casse. Je m’attends désormais à vivre des playdowns très disputés puisque les quatre équipes se retrouvent dans un mouchoir de poche. Nous ne sommes pas dans le même cas de figure que l’an dernier où tout le monde voyait Lommel descendre. Des Limbourgeois qui étaient alors passés à un cheveu du maintien. cela démontre que tout est possible. »

Les Unionites profiteront en tout cas d’une semaine de congé avant de se retrouver lundi prochain pour entamer la dernière ligne droite.

Perdichizzi sauve l’Union à la 89 e

Un nul logique 

Durant le premier acte, la qualité du jeu était à la hauteur de celle de la pelouse du stade Leburton. Partiellement gelée, la surface était par endroits tout simplement impraticable offrant quelques glissades qui auraient plus eu leur place à Pyeonchang qu’à Tubize.

C’est pourtant du côté le plus difficile du terrain que les Sang et Or ont trouvé l’ouverture au quart d’heure. Sur un coup franc venu de la droite et bien botté par Schuster, Kané n’avait plus qu’à ajuster sa tête au second poteau pour tromper un Saussez impuissant. Pour le reste, rien à se mettre sous la dent si ce n’est un essai de la tête de Schuster avant l’ouverture du score et une frappe à distance du même homme suite à une perte de balle de Kenneth Houdret à l’entrée du rectangle.

Après la pause, le rapport de force s’est clairement inversé. La faute en grande partie à l’état de la pelouse qui a mis les défenseurs tubiziens dans leurs

petits souliers, mais aussi à un discours visiblement percutant de Marc Grojean à la pause.

Dès la reprise, Theo Defourny a été mis à contribution à plusieurs reprises sur un tir de Houdret, notamment.

Le dernier rempart des Sang et Or aura aussi pu compter sur… le terrain pour éviter d’encaisser sur une frappe qui aurait toujours dû filer au fond de la part de Luvumbu. Sa reprise de volée à bout portant des 40 mètres suite à une sortie au pied de Defourny était magnifique mais prenait un rebond improbable au petit rectangle. Il a finalement fallu attendre la dernière minute du temps réglementaire pour voir Perdichizzi émerger d’un cafouillage consécutif à un corner. Un nul logique dans les faits mais qui a de quoi faire râler les Tubiziens.

 

Laisser un commentaire

CLASSEMENT D2

JOURNEE PRECEDENTE - RESULTATS

PROCHAINE JOURNEE - CALENDRIER