custom-header
« L’Union et Mazzù étaient faits pour se rencontrer »
« L’Union et Mazzù étaient faits pour se rencontrer »

« L’Union et Mazzù étaient faits pour se rencontrer »
Jacques Urbain, ancien T1 de l’USG, se réjouit de l’arrivée du Carolo
Il a été le professeur de Mazzù.Edu Botella
S’il y en a un -plus que les autres- qui se réjouit de l’arrivée de Felice Mazzù à l’Union, c’est bien Jacques Urbain. Et ce, pour deux raisons. Premièrement car il connaît très bien le club saint-gillois pour y avoir fait trois passages. Et deuxièmement car il a été le professeur et ensuite le collègue du désormais nouveau coach unioniste. La personne idéale -donc- pour décrypter ce que son ancien « poulain » pourra apporter à l’USG.

L’arrivée de Felice Mazzù à l’Union, et sa présentation officielle dès ce lundi, ne laisse personne indifférent. Et surtout pas Jacques Urbain, qui est passé trois fois du côté de la Butte (entre 2003 et 2005 et lors de la saison 2008-2009 en tant qu’entraîneur et en 2014 où il avait assuré l’intérim avant de prendre la place de directeur sportif). Mais c’est bien avant de découvrir le stade Marien qu’il avait fait la connaissance du technicien carolo. Un technicien qu’il avait rencontré dès les années 90. « Je l’ai connu quand je donnais cours à l’école d’entraîneur et qu’il suivait la formation pour obtenir son diplôme d’entraîneur. Il faisait partie des meilleurs candidats de sa promotion. Il maîtrisait déjà très bien les aspects techniques et footballistiques de la profession, et faisait preuve de belles compétences sur le plan humain. À cette époque, j’entraînais Marchienne. Le poste d’adjoint s’est libéré et je lui ai demandé d’être mon assistant. Ce qu’il a accepté et il a donc été mon T2 durant deux saisons. En 1998, il m’a succédé à la tête de l’équipe. Plus tard, dans les années 2000, j’ai fait appel à lui pour donner cours à l’école d’entraîneur. J’avais besoin d’un collaborateur. Il a en quelque sorte été mon collègue pendant deux ou trois ans. Nos chemins se sont ensuite séparés. Même si nous n’avons plus collaboré par la suite, nous sommes restés en contact. »
C’est donc naturellement avec beaucoup de joie qu’il voit son ancien élève débarquer au sein d’un club qu’il connaît bien. « L’Union et Felice étaient faits pour se rencontrer à ce moment précis. Je connais naturellement un peu moins l’USG de l’intérieur depuis l’arrivée des investisseurs anglais mais le projet semble cohérent et intelligent. L’Union est un club de tradition mais tourné vers l’avenir, avec un gros soutien et enthousiasme des fans. Je suis convaincu que c’est un environnement parfait pour Felice. Pour lui, cette opportunité tombe à un moment parfait après son expérience à Genk qui l’a probablement fort égratigné. Peut-être qu’il aurait préféré rester en Division 1A mais je pense que monter en D1A avec l’Union vaut bien mieux que d’entraîner dans n’importe quel club de l’élite. »
Pour ce faire, Felice Mazzú pourra s’appuyer naturellement sur sa toute grosse expérience du plus haut niveau. « Il connaît les caractéristiques indispensables et nécessaires pour arriver en D1 et s’y maintenir », poursuit Jacques Urbain. « Il a un gros bagage technique, aussi bien au niveau des entraînements qu’au niveau de la gestion humaine. Et cette dernière caractéristique sera importante car le noyau de l’Union est fort hétéroclite avec de nombreux joueurs étrangers. Sa détermination sera aussi un atout de poids. Et il en faudra pour parvenir à accrocher la montée. »
Les attentes seront en tout cas très fortes sur les épaules de Felice Mazzù. À voir désormais s’il parviendra à transformer le rêve du « peuple unioniste » en réalité.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CLASSEMENT D2

JOURNEE PRECEDENTE - RESULTATS

PROCHAINE JOURNEE - CALENDRIER