custom-header
“L’Union, c’est inoubliable”
“L’Union, c’est inoubliable”

Un match de gala entre le RWDM et l’Union, Drazen Brncic pouvait difficilement rêver mieux avant les fêtes. Ce vendredi soir, l’entraîneur des Molenbeekois va retrouver un club qui a déjà marqué sa carrière d’entraîneur, un club qui lui a procuré tant de bonheur et d’émotions, comme il se plaît à le répéter.

“Ce sera une belle fête du football, un joli cadeau pour les supporters avec un duel face à une équipe qui évolue trois échelons plus haut. Mais je reste les pieds sur terre. Je sais quel est mon championnat et où ma priorité se trouve. Notre match de Champion’s League, c’était dimanche à Ganshoren. Ici, ce sera avant tout une fête”, prévient d’abord le coach du RWDM.

Mais très vite, l’émotion l’emporte et ses souvenirs unionistes refont surface. “L’Union, ça représente quelque chose d’inoubliable pour moi. J’ai vécu des moments d’émotions très intenses dans ce club. Vivre une montée en D2 dans ma jeune carrière d’entraîneur, c’était quelque chose de particulier, d’inoubliable. En l’espace d’une saison, j’ai noué des liens très forts avec mes joueurs mais aussi avec ce public de l’Union, et toutes ces personnes qui travaillent dans ce club.”

Et la comparaison avec le RWDM est inévitable. “Que ce soit à Molenbeek ou à Saint-Gilles, ces gens vivent pour leur club. Ils ne le supportent pas, ils l’aiment. J’ai découvert cette particularité à l’Union et je la retrouve au RWDM.”

Le bonheur des supporters est la source de motivation de Drazen Brncic. “Mon but, c’est de rendre les gens heureux. Certains ne vivent que pour ça, attendent ce match toute la semaine. Alors, le week-end,

il faut les rendre heureux. Je me rappelle de l’accueil des supporters de l’Union après notre montée. Les gens étaient heureux et recevoir leur émotion en retour, c’est pour ça que je fais ce métier.”

Vendredi, Drazen Brncic coachera le RWDM mais il aura aussi une pensée pour les supporters de l’Union. Une chose est sûre, l’ambiance sera exceptionnelle. “J’ai la chance d’avoir connu ces deux clubs mythiques. Avec l’un, j’ai vécu quelque chose d’inoubliable que j’espère vivre à nouveau avec l’autre.”

“On rejouera ensemble au RWDM”

Anthony (RWDM) et Geoffrey (Union) Cabeke sont deux vrais Bruxellois. Des jumeaux que tout le monde apprécie et qui ont partagé leur carrière entre le RWDM et l’Union. Encore équipiers la saison dernière à l’Union, ils seront adversaires ce soir à l’occasion de ce derby.

“L’essentiel, ce n’est pas d’affronter son frère mais bien de vivre ce derby, l’ambiance et le folklore qui vont avec. Pour ma part, après avoir effectué toutes mes classes au RWDM, ce sera spécial de revenir chez soi”, débute Geoffrey.

Anthony, lui, ne veut pas manquer

cet affrontement. La première chose que j’ai faite, c’est aller dire à l’entraîneur que je voulais disputer toute la rencontre. C’est le genre de match que tout le monde veut jouer. C’est le vrai et seul derby bruxellois entre les deux seuls et vrais clubs de Bruxelles”, ajoute Anthony.

Aujourd’hui au RWDM, Anthony retrouvera ses anciens potes de l’Union. “J’ai vécu six merveilleuses années à l’Union, où j’ai connu pas mal de belles choses. J’ai hâte de retrouver certaines personnes. J’ai eu pas mal de responsabilités dans le club avec le brassard de capitaine porté durant quatre ans, puis j’ai connu cette montée en D2. Je ne garde que de bons souvenirs de mon passage à l’Union. Je me ferai un plaisir de retrouver les supporters et mes anciens équipiers.”

Ce matchretour entre le RWDM et l’Union, les jumeaux l’attendaient avec impatience. “On ne demandait que ça. Même si c’est un match amical,

tout joueur de football veut disputer ce genre de rencontre. Ceux qui seront sur le terrain se donneront à fond pour l’emporter. On garde tous un excellent souvenir de l’affrontement de l’an dernier. Dès l’échauffement on a profité de l’ambiance, d’un Parc Duden rempli, ce qu’on n’avait jamais vécu. C’était une atmosphère magique.”

Marqués par l’Union , Geoffrey et Anthony le sont également par le RWDM. Un club qui leur colle à la peau, celui de leurs débuts. “C’est une chance énorme d’avoir pu connaître ces deux clubs et ces deux publics”, lance Geoffrey.

“C’est une grosse fierté d’avoir pu jouer pour ces deux clubs mythiques de Bruxelles. J’ai réussi un gros challenge en vivant une montée avec l’Union, j’espère en vivre d’autres avec le RWDM où je compte bien rester de nombreuses années et terminer ma carrière”, ajoute Anthony.

Avec Geoffrey ? “C’est le but, on ne va pas le cacher. Depuis la renaissance

du RWDM, on s’est dit qu’on rejouerait un jour ensemble au RWDM. Reste à savoir si ce sera pour la saison prochaine, dans deux ans ou dans trois ans. Pour l’instant, personne ne le sait. Mais on espère tous les deux que ce sera le plus haut possible.”

“Le bon moment pour signer au RWDM”

Si Geoffrey a poursuivi l’aventure avec l’Union, Anthony a rejoint le club molenbeekois cet été. Le choix du cœur, celui de la raison aussi. “Pour être honnête, j’avais déjà hésité à faire ce choix l’an dernier”, confie-t-il. “Avec mon boulot, je savais que ce serait difficile à combiner mais, d’un autre côté, j’avais envie de profiter de cette année après avoir décroché la montée. Et puis de toute façon, l’Union et le coach m’ont dit qu’il était hors de question que je quitte le navire car ils comptaient sur moi. J’ai accepté de faire l’effort même si ça n’a pas été facile tous

les jours  : j’arrivais souvent en retard aux entraînements, je manquais les séances du matin et pour certains matches, je devais y aller avec ma voiture car je ne pouvais pas être à l’heure pour le car. Après tout ça, même si j’ai pris énormément de plaisir durant cette saison, je me suis dit que c’était le bon moment pour rejoindre le RWDM.”

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CLASSEMENT D2

JOURNEE PRECEDENTE - RESULTATS

PROCHAINE JOURNEE - CALENDRIER