custom-header
Les réformes ne nous réussissent pas
Les réformes ne nous réussissent pas

Au terme de la saison, Virton descendra pour la deuxième fois de Division 2 après une réforme

STÉPHANE MARCHESANI
Battu à Eupen (2-1), Virton est officiellement relégué en D1 amateurs depuis ce week-end. Si une telle perspective était catastrophique en début de saison, les assouplissement de cette réforme font que le club peut aborder ce tournant de manière plus sereine. Il n’empêche, ce sera la 2e fois que Virton sera relégué de D2, et deux fois que cela se fait à cause d’une réforme de notre football.
Philippe, on s’y attendait, Virton ne fera pas partie du monde professionnel la saison prochaine. C’est une grosse déception pour vous ?
C’est une déception oui mais elle est moins importante aujourd’hui. En début de saison, une telle nouvelle était envisagée comme une véritable catastrophe pour tout le club. En effet, à ce moment-là, il n’y avait aucun moyen pour nous de remonter dans le monde pro. Aujourd’hui, les règles ont été assouplies et un club disposant de la licence D1B, ce que nous avons grâce aux travaux qui seront réalisés dans notre stade cet été, peut remonter à l’étage supérieur. Du coup, on peut reprendre le cours de notre développement et le projet virtonais n’est pas mort.
Ca doit tout de même être rageant de voir que cette nouvelle descente est encore une fois due à une réforme ?
C’est vrai que la dernière fois (NDLR : en 2008-2009), nous étions descendus à cause du passage de la D1 de 18 à 16 clubs. On se dit donc que les réformes ne sont jamais bonnes pour Virton. On a essayé de jouer le jeu cette saison sans toutefois faire des folies qui auraient mis en péril le club. Maintenant, même si nous avions fait le même championnat que la saison passée, nous n’aurions pas pu rester dans le monde pro. Les autres clubs désirant figurer dans le top 8 ont mis les moyens au niveau de leur noyau mais aussi de leur stade. Du coup, même si on avait fini 4e, on se serait fait dépasser par un club disposant de la licence D1A.
Pourtant, sportivement vous n’étiez pas loin…
Il ne manquait pas grand-chose mais il manquait quelque chose tout de même. Toutefois, depuis la reprise, et après avoir vécu une période très difficile où on ne prenait plus de points, on a relevé la tête et on a retrouvé une pensée positive.
Au niveau contractuel, quelles vont êtres les conséquences de la descente ?
Nous avons bien fait attention cette année de ne pas se mettre de lourds contrats D2 à long terme sur les bras. La saison prochaine, nous serons tenus d’avoir toujours quatre joueurs sous contrat à temps plein. Maintenant, notre descente dans le monde amateur ne veut pas dire qu’on va fonctionner avec des conventions amateurs. Notre but est de continuer notre projet en sortant nos jeunes et en permettant à des éléments extérieurs de monter plus haut. De ce côté-là, nous sommes de plus en plus estimés au fil des saisons. Les agents veulent plus travailler avec nous et les scouts sont plus nombreux à nos matches. Dès lors, on fera toujours signer des contrats à nos joueurs pour ne pas se faire piller gratuitement.
Vous attendez-vous à perdre des garçons cet été ?
Il y aura peut-être des contacts pour des joueurs que nous avons prolongés mais les clubs intéressés devront passer par moi. Maintenant, on ne va pas en placer quatre en D1 chaque saison. Je m’attends donc à connaître moins de départs.
Et au niveau de Frank Defays ?
La situation est identique à celle de nos joueurs. Il est encore sous contrat et si un club pro vient le chercher pour lui proposer un bon projet, on ne l’empêchera pas de progresser. Par contre, si c’est Seraing qui sera aussi en D1 amateurs qui vient, on ne discute même pas.
LE VIRTONAIS DE 16 ANS ÉTAIT CONVOITÉ PAR LE PSG, MONACO, ANDERLECHT,…

Idir Boutrif rejoindra Saint-Étienne!

S.M.
Idir Boutrif, jeune attaquant de 16 ans arrivé cet été à Virton en provenance du FC Metz est le premier joueur du centre de formation gaumais a bénéficier du partenariat entre l’Excel et Saint-Étienne. En effet, le joueur va porter le maillot stéphanois lors des deux prochaines saisons.
« C’est une fierté pour tout le club », sourit Philippe Emond, le président virtonais. «Idir est un jeune attaquant de 16 ans que nous avons directement surclassé en U17 cette saison. C’est un garçon intelligent, doué et au-dessus du lot physiquement.Et puis, il est important depréciser qu’ils ont privilégié le projet sportif à l’argent et aujourd’hui, c’est assez rare que pour être signalé.» Et si le garçon originaire de Mont-Saint-Martin a choisi de rejoindre le Forez cet été, il avait l’embarras du choix. «Plusieurs clubs belges et français étaient intéressés », précise Saïd Boutrif, son papa.
« Il a donc passé un test à Saint-Étienne mais aussi au PSG et à Monaco. En Belgique, il a passé une semaine à Anderlecht et au Standard et Bruges s’intéressait également à lui. De notre côté, nous avons opté pour St-Étienne car on nous a présenté un très bon projet qui lui permettra de concilier le foot et l’école. L’année prochaine il va passer son bac et il est important qu’il décroche son diplôme.» Dès juillet, il va donc falloir apprendre à vivre loin du cocon familial. « Il sait ce que c’est l’internat puisqu’il y était à Metz depuis ses 12 ans. Je pense qu’il est prêt à vivre cela et c’est une excellente occasion de se forger un mental solide. C’est, selon moi, une qualité importante lorsqu’on veut faire carrière dans le football. »

« MERCI VIRTON »

De son côté, le joueur est excité. « Je suis impatient de débuter cette aventure, de découvrir de nouvelles choses », sourit-il.« Être sollicité par autant de clubs, ce n’est pas facile à gérer car il faut bien peser le pour et le contre pour ne pas se tromper. Mais, en rejoignant Saint-Étienne, je suis certain d’avoir fait le bon choix. » Et son père de conclure. « Je tiens vraiment à remercier le club de Virton qui a permis à Idir de briller et de se faire connaître de tous ces grands clubs. Merci au président Emond, Samuel Petit et Gilles Thiriot son entraîneur. Je salue aussi le travail abattu par son agent, Franco Iovino, qui s’est démené pour le faire connaître. Et bien entendu, tout le club de Saint-Étienne qui a jugé que mon fils était capable de jouer chez eux, en particulier messieurs Fernandez et David qui nous avait fait visiter le centre. »

Laisser un commentaire

CLASSEMENT D2

JOURNEE PRECEDENTE - RESULTATS

PROCHAINE JOURNEE - CALENDRIER