custom-header
Le héros du parc Astrid est retombé dans l’anonymat
Le héros du parc Astrid est retombé dans l’anonymat

L’attaquant est redescendu de son nuage depuis sa fabuleuse soirée chez les Mauves puisqu’il n’a inscrit qu’un but lors des neuf derniers matches

Youssoufou Niakaté est à la peine depuis son triplé à Anderlecht 

croky cup (8 es de finale) – union saint-gilloise – knokke (ce soir, 20h45)  

27 septembre 2018 : l’Union élimine avec

fracas Anderlecht devant les yeux médusés des milliers de fans mauves du Parc Astrid. Ce soir-là, un joueur du côté saint-gillois crève l’écran : Youssoufou Niakaté. Le joueur franco-malien, arrivé du côté du Parc Duden juste avant le début du championnat en provenance de Boulogne, avait alors inscrit un fabuleux triplé, se révélant par la même occasion au monde du football belge. Il était d’ailleurs sorti du terrain sous les applaudissements des supporters anderlechtois. Tout un symbole ! Quelques jours plus tard, Niakaté continuait à surfer sur cette vague d’euphorie puisqu’il avait réédité cette performance, en Division 1B cette fois, face à Louvain. Mais depuis lors, l’attaquant est retombé les pieds sur terre puisqu’il est en panne de buts. En effet, sur les neuf derniers matches, il n’a trouvé le chemin des filets qu’à une seule reprise. « Mais le plus important, c’est que je continue à me créer des occasions

», tempère-t-il. « Si ce n’était pas le cas, ce serait vraiment inquiétant. Mais je ne me fais pas de souci. Je continue à travailler car je sais que cela va revenir. Je ne reste pas bloqué là-dessus. Je sais que, désormais, je fais partie des joueurs pour lesquels les défenseurs ont plus d’attention. Et puis, en Division 1B, il n’y a que huit équipes, donc tout le monde se connaît. Mais moi, je ne me focalise que sur mon jeu. Je ne pense pas à tout le reste. »

S’il traverse une période plus compliquée au niveau de l’efficacité, personne en revanche ne lui enlèvera les souvenirs de cette soirée de septembre où, pour la première fois de sa carrière, tous les projecteurs se sont tournés vers lui. « L’image qu’il me reste de ce jour-là, c’est tout le banc de l’Union qui court sur le terrain en direction des fans qui étaient massés au-dessus du but lors 

de mon troisième goal. C’était tout simplement exceptionnel. Après cette rencontre, j’ai été très sollicité. Je n’avais d’ailleurs jamais connu une telle médiatisation. J’ai reçu beaucoup de félicitations. Celles qui m’ont le plus touché étaient celles de ma famille et de mes amis (NDLR, il avait d’ailleurs dédié le ballon du match à sa femme). Par contre, je peux vous assurer que je n’ai pas eu de contact après la rencontre avec Anderlecht

En revanche, nul doute que sa performance aura attisé les regards d’autres clubs. « Mais, je ne m’occupe pas de cela », poursuit Niakaté. « Je préfère laisser ce volet-là à mes représentants car, il y a quelques années, j’ai eu une mauvaise expérience en République Tchèque. J’ai été attiré là-bas et j’y suis resté durant six mois. Cela ne s’était pas très bien passé. Désormais,

. » je remets ma confiance entre les mains de mes agents qui gèrent tout l’aspect extra-sportif. De mon côté, pour ne pas perdre les pédales, je me suis directement remis au travail. Je me suis dit qu’il fallait absolument que je continue à bosser. C’était la seule solution pour ne pas que ma tête tourne de trop. Je devais rester dans ma bulle

Une bulle de laquelle il se verrait bien ressortir ce jeudi soir face à Knokke, quatorzième de Division 1 amateurs. Car, si cette rencontre, sur papier, n’est pas spécialement la plus alléchante des huitièmesde finale, elle pourrait par contre amener aux Saint-Gillois une belle affiche en quarts. « Mais, il n’y a pas besoin de nous motiver pour ce match. Nous voulons nous qualifier. Luka Elsner (NDLR, le coach de l’Union) ne doit pas faire de grande causerie avant le match pour

. » nous booster. On respecte bien évidemment notre adversaire et on sait qu’il ne faudra pas qu’il y ait de laisser-aller de notre côté, mais on devrait pouvoir se qualifier si on évolue à notre niveau

Youssoufou Niakaté espère donc bien retrouver le chemin des filets et inscrire son seizième but de la saison (il en a mis 12 en championnat et 3 en Coupe) ce jeudi soir, afin d’ouvrir les portes des quarts de finale à l’Union, niveau que le club saint-gillois n’a plus atteint depuis… cinquante ans ! C’était lors de la saison 1968-1969. Les Saint-Gillois pourraient dès lors continuer à rêver d’accrocher une coupe après laquelle ils courent depuis… 1914 !

 

Laisser un commentaire

CLASSEMENT D2

JOURNEE PRECEDENTE - RESULTATS

PROCHAINE JOURNEE - CALENDRIER