custom-header
La commission des licences a notamment motivé son verdict par une décision de justice qui atteste la présence d’agents dans la gestion de l’Excel en 2017 et 2018
La commission des licences a notamment motivé son verdict par une décision de justice qui atteste la présence d’agents dans la gestion de l’Excel en 2017 et 2018

Contrairement à ce qu’ils ont voulu laisser transparaître dans leur communiqué, les dirigeants mouscronnois n’ont pas seulement essuyé un refus de la Commission des licences pour des manquements liés à la continuité du club. En effet, la Commission des licences a aussi motivé sa décision dans le fait qu’une décision de justice (un jugement du Tribunal de l’Entreprise du Hainaut, division Tournai, du 24 octobre 2019) confirme que Pini Zahavi et Marc Rautenberg ont tenu un rôle dans la gestion du club, en 2017 et en 2018. Tous les deux agents, ils ont donc enfreint les règles du TPO, qui interdisent aux intermédiaires d’être partie prenante au sein d’un club.
Ironie de l’histoire, cette décision de justice fait suite à la plainte déposée par Malines au tribunal pénal. Est-ce que la CBAS sanctionnera également Mouscron sur ce principe ? Rien n’est moins sûr car depuis lors, les Hurlus ont reçu leur licence à deux reprises et le club ne transgresse plus les règles.


Budget hasardeux
Si l’Excel est sanctionné sur des événements rétroactifs, alors une sanction peut également être prise à l’encontre de Malines pour des faits avérés de falsification de la compétition. Pour ce qui est de l’aspect purement financier, Pairoj Piempongsant, l’actionnaire majoritaire, a coupé le robinet après avoir injecté six millions d’euros dans les caisses de l’Excel Mouscron. À la recherche désespérément de nouveaux investisseurs, l’homme d’affaires thaïlandais n’a pas versé la somme de 3,2 millions d’euros indispensable aux yeux de la Commission des licences pour assurer la continuité du club. Du coup, les dirigeants hurlus ont présenté un budget hasardeux, bâti sur des spéculations financières.


Pour rectifier le tir, c’est simple, les têtes pensantes de l’Excel devront pouvoir prouver à la CBAS qu’ils peuvent tenir la route budgétairement parlant. Comment ? Avec l’apport de nouveaux capitaux. La vente de joueurs (Hocko, Butez) pourrait également alimenter les caisses. En 2015, Mouscron avait réussi à convaincre la CBAS, malgré un faible budget présenté. Le Lierse et le Cercle Bruges avaient contesté la licence mouscronnoise à l’époque, estimant que son budget ne tiendrait pas la route pour survivre en D1A.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CLASSEMENT D2

JOURNEE PRECEDENTE - RESULTATS

PROCHAINE JOURNEE - CALENDRIER