custom-header
Henri Petersen espère voir l’histoire enfin se répéter
Henri Petersen espère voir l’histoire enfin se répéter

Près de 50 ans après avoir atteint les demi-finales de la Coupe, les Saint-Gillois ont enfin à nouveau l’opportunité d’atteindre au minimum le stade précédent avec la venue de Knokke, qui joue le maintien un échelon plus bas qu’eux. Parmi les supporters les plus fervents, on retrouve… d’anciens joueurs de cette cuvée 1968-1969, comme Henri Petersen. À près de 75 ans – il les fêtera le 16 de ce mois –, l’ancien demi-droit n’a rien oublié de cette épopée, ni de ses débuts à l’Union.

“Ma famille vivait au centre-ville et à part mon père, tout le monde y supportait le Daring, plus proche géographiquement. Mais mon paternel, lui, ne vivait que pour l’Union. Pas question pour lui d’envoyer son fils faire ses classes chez l’ennemi.”

À 16 ans et demi, Henri Petersen effectua ses débuts en équipe fanion. “C’était au Standard, en 1960, si je me rappelle bien. Je suis resté au Parc Duden jusqu’en 1972, avec des entraîneurs comme Félix Week ou Guy Thys, et des coéquipiers comme Schraepen, Van Den Berg ou Teugels. Puis je suis parti une saison à Lokeren, avant de terminer ma carrière à la Forestoise et au Léo. Cette campagne de Coupe reste mon plus beau souvenir avec un titre de champion en D2. En D1, nous nous sommes souvent retrouvés dans la colonne de droite, mais cela n’affectait pas l’ambiance. Je me souviens aussi

d’une remontée spectaculaire à Liège où, menés 4-0 à 20 minutes de la fin, nous l’avions finalement emporté 4-5. Mais pour en revenir à cette campagne 1968-69, nous n’avions échoué qu’au stade des demi-finales contre le Lierse. Notre grande fierté avait été d’avoir sorti le Daring auparavant.”

Avec Fernand Verleysen, autre membre de cette cuvée 1968-1969, Henri Petersen ne rate pas un match à domicile, lorsque l’Union joue le dimanche après-midi. “Ceux du samedi par contre, je ne sais pas les suivre, car je m’occupe d’un club qui évolue en ABSSA. À chaque fois que je pénètre dans le stade, cela continue de me faire quelque chose. Il est splendide même si à mon époque, nous jouions devant 30 000 à 32 000 personnes. L’équipe actuelle est plutôt séduisante, même si elle manque de Bruxellois et parfois de caractère. Au début j’étais sceptique, avec tous ces nouveaux joueurs, un nouveau staff et une nouvelle direction. Mais depuis, les doutes ont été balayés. Et cette qualification à Anderlecht ! J’ai vu le match à la TV. Ils ont été extraordinaires. Mais cette fois, la pression sera sur eux, même si j’espère qu’ils vont imiter notre parcours !” 

Czernia : “Les Staelens ont relancé Knokke”

Entraîneur de l’Union en 2006-2007, l’ex-Diable Alexandre Czerniatynski a affronté Knokke dimanche dernier avec Châtelet, le club qu’il coache actuellement.

“Nous nous sommes inclinés sur le score de 3-1, mais nous avons eu le tort de commencer à jouer après 45 minutes. Entre-temps, Alessio Staelens, le fils de Lorenzo qui entraîne désormais le club

côtier, avait fait la différence. Ils évoluent en 4-5-1, mais ça joue au foot. Je ne les vois pas venir bétonner au stade Marien. Ils n’ont évidemment rien à perdre. En plus, ils avaient déjà sorti le Standard à Sclessin au tour précédent. Donc ils doivent évidemment être pris au sérieux. Il y a plusieurs joueurs qui ont été formés dans des cercles de l’élite, comme au FC Bruges, mais pas d’individualité marquante.”

Même si le fils du nouvel entraîneur respire la forme. “Les Staelens ont relancé Knokke. Alessio est meilleur face au but qu’en pivot. Mais la venue de son père a un impact positif sur son rendement, c’est clair. Par contre, s’ils restent sur deux victoires dont une face à nous, je les ai trouvés un peu justes physiquement en fin de rencontre. Et puis, ils disputent dimanche un match très important pour le maintien et j’ignore si c’est leur meilleur onze qui jouera.”

Voilà en tout cas les Saint-Gillois, perturbés par les blessures de quelques cadres et moins fringants ces derniers temps, prévenus !

J.-F. De.

Le noyau : Saussez, D’Alberto; Vega, Peyre, Moreno, Perdichizzi, Kis, Hamzaoui, Iriondo; Morren, Pinto-Borges, Mehlem, Besuschkow, Bouekou, Fixelles (?); Ferber, Vercauteren, Tau, Niakaté. Selemani est suspendu (1/3). Tabekou et Kristiansen restent sur le flanc, tout comme Traoré et Gérard.

 

Laisser un commentaire

CLASSEMENT D2

JOURNEE PRECEDENTE - RESULTATS

PROCHAINE JOURNEE - CALENDRIER