custom-header
Guillaume François
Guillaume François

Passé par le Beerschot (2010-2012 et 2016-2018) et par le Sporting (2013-2016), Guillaume François – en consultant de choix – a préfacé avec nous la rencontre importantissime de ce mercredi entre les deux formations, qui luttent pour les playoffs. Le récent champion de D1B avec l’Union Saint-Gilloise s’attend à un match serré et a d’ailleurs hâte de retrouver ses deux ex-clubs la saison prochaine.  prevnext

Guillaume, comment analysez-vous la période délicate que traverse le Sporting actuellement ?C’est triste, ce qu’il se passe à Charleroi, parce qu’on pensait qu’il allait encore pouvoir passer une étape, surtout au vu des six victoires d’affilée en début de saison. C’était bien parti pour vivre quelque chose d’intéressant. Il y avait un groupe solide qui était à fond derrière son coach. C’est ensuite retombé avant que les Carolos ne parviennent à relancer quelque peu la machine mais ça n’a finalement pas duré longtemps.Comment l’expliquer ?Je n’ai pas vraiment d’explication à ça… peut-être un petit coup de fatigue, couplé au fait que d’autres équipes se sont quant à elles réveillées, comme Anderlecht. Puis, des joueurs qui sont censés être les cadres de cette équipe n’ont peut-être pas répondu présent au bon moment. Morioka a connu un coup de mou, Rezaei n’est pas parvenu à retrouver le niveau de sa première saison. Pourtant, l’arrivée d’un joueur d’expérience comme Gillet, dont le caractère correspond parfaitement à celui de Charleroi, laissait penser que les ingrédients étaient à nouveau réunis pour faire encore mieux. Dès lors, il serait vraiment dommage de tout faire capoter au point de voir leur saison déjà terminée dans deux semaines.Que peut encore espérer le Sporting ?Pour les PO1, je pense que c’est mort et il ne faut maintenant pas déconner pour espérer accrocher les PO2. Cette équipe ne peut pas ne pas y figurer. Si elle y parvient, pourquoi ne pas même aller au bout en décrochant un ticket européen. Ce serait top. Au vu des derniers mois, ce serait inespéré mais au regard du début de saison, ce serait mérité. C’est tout le mal que je leur souhaite.Quelles chances leur donnez-vous ?Ce sera compliqué vu le programme qui s’annonce avec des déplacements, certes à huis clos, au Beerschot et à Gand qui luttent pour le même objectif, puis la réception d’Eupen qui aura peut-être encore son mot à dire. Je suis optimiste quant à la qualification et je pense qu’ils y seront même si, en étant objectif et en tenant compte du calendrier et du fait que la confiance n’est plus trop au rendez-vous, disons que c’est du 50/50. En tout cas, j’espère que Mehdi Bayat et Fabien Debecq continueront à mettre la même énergie et la même motivation et à attendre un truc incroyable de Charleroi. Car cette année, ils ont mis les ingrédients et on ne peut leur reprocher le contraire. J’espère donc que ça ne les démontera pas.De son côté, le Beerschot réalise une saison honorable pour un retour parmi l’élite. Vous connaissez toujours bien cette équipe ?De mon premier passage, il n’y a plus aucun joueur, mes anciens équipiers de l’époque comme De Decker, Leko ou encore Clement étant passés de l’autre côté pour devenir coaches. C’est assez drôle d’ailleurs. Mais de mon deuxième passage il y a trois ans, il reste des joueurs comme Pietermaat, Dom… ou encore Bourdin et Vanhamel avec qui j’avais fait la préparation avant de partir. Et la saison dernière, le Beerschot s’est présenté comme une excellente équipe de D1B, son titre étant amplement mérité. Cette saison, l’équipe avait très peu changé et était donc dans la même lignée, puis cette énergie positive s’est un peu essoufflée et il y a eu le départ d’Hernan Losada qu’il a fallu encaisser, même si Will Still fait un très bon travail derrière. Il sera très compliqué pour eux d’aller chercher les PO1 mais s’ils parviennent à se maintenir dans le Top 8, leur saison serait déjà amplement réussie pour un retour en D1A.À quel match vous attendez-vous, ce mercredi ?Eh bien, ce sont deux équipes qui ne sont pas vraiment en forme actuellement, le Covid n’ayant pas arrangé les choses côté carolo. Mais d’un côté comme de l’autre, je pense qu’il y aura une envie de se lâcher pour les trois derniers matches de phase classique qu’il reste. En tout cas je l’espère, ne serait-ce que pour voir du spectacle. Je pense que l’on ne pourra pas éviter un début de match poussif avec deux équipes qui auront d’abord peur de se livrer. D’un autre côté, il y a souvent pas mal de buts dans les matches du Beerschot… mais peu dans ceux de Charleroi. Je vais quand même me risquer à pronostiquer un 2-2. Un but rapide pourrait permettre à la rencontre de s’emballer. Mais si je dois choisir un gagnant, je vais dire Charleroi parce que j’ai vraiment envie que l’équipe atteigne ses objectifs et ne connaisse pas une fin prématurée. Et le Sporting a besoin de cette victoire.Il en avait déjà besoin ce dimanche contre Mouscron, un autre club que vous connaissez bien et qui se retrouve à la peine. Cela vous surprend ?Avec l’Union, on a affronté Mouscron en avant-saison et je me suis rendu compte que cette équipe ne formait alors pas encore un groupe, avec beaucoup de nouveaux joueurs et un noyau fait à la dernière seconde. Je savais que ce serait compliqué. J’espère qu’ils se sauveront car ce serait vraiment cool pour moi de retrouver tous les stades par lesquels je suis passé. C’est le club où j’ai terminé ma formation avant d’y faire mes débuts en équipe première et à l’époque, j’avais déjà été triste de devoir quitter le club, qui a connu les problèmes financiers que l’on sait. Cela fait donc mal au cœur de voir que, 12 ans après, il pourrait vivre la même chose. Ce qu’on y voit aujourd’hui ne correspond pas à l’image familiale que l’on peut se faire de ce club et de la petite ville très charmante de Mouscron.

IL A SU SE RELANCER À L’UNION ET VA RETROUVER L’ÉLITE CINQ ANS APRÈS L’AVOIR QUITTÉE 

« J’espère en avoir encore pour quelques années »  

Guillaume François a fêté le titre en D1B.

Belgaprevnext

Le 13 mars dernier, l’Union Saint-Gilloise remportait le titre en D1B, retrouvant l’élite pour la première fois depuis 1973. Et c’est Guillaume François qui a inscrit le but victorieux face au RWDM (2-1). « Le moment était bien choisi pour inscrire mon premier but de la saison », sourit encore aujourd’hui l’Ardennais, jeune papa. « Mon fils Cali était né depuis six semaines, ça m’a donc laissé du temps pour réfléchir à ma célébration », plaisante-t-il, alors qu’il s’était contenté de placer le ballon sous son maillot pour marquer le coup. Son épouse Aisling D’Hooghe – gardienne de l’équipe nationale belge de hockey sur gazon – a quant à elle repris les entraînements il y a deux semaines et vise une place à l’Euro cet été. « Sa grossesse s’étant très bien passée, elle est en avance sur ce qu’on pouvait espérer et elle a de réelles chances d’être sélectionnée. »L’avenir familial comme sportif du couple semble donc radieux puisque Guillaume François va donc retrouver l’élite du foot belge. « Je suis très heureux de retrouver la D1A, cinq ans après. En tout cas, j’ai de bons espoirs de poursuivre l’aventure (NDLR : l’Union doit encore se positionner concernant ses joueurs arrivant en fin de contrat, dont il fait partie). »« L’Union, une gestion sur le modèle carolo »Et le club bruxellois ne compte pas faire de la figuration en D1A. « Il y a en tout cas un bon projet, avec un bon staff. La direction a des ambitions mais elles sont mesurées et réalistes. L’idée n’est pas de brûler les étapes mais bien de créer un club qui jouit d’un équilibre financier et ne dépendra pas de nouveaux investissements extérieurs chaque année. En ce sens, la gestion du Sporting de Charleroi est un très beau modèle. S’installer durablement en D1A sans connaître l’inquiétude du maintien, ce serait bien. »Sur le plan sportif, Guillaume François estime en tout cas que l’équipe aura des qualités à faire valoir la saison prochaine. « On a dit, à juste titre, je pense, que le niveau de la D1B s’était quelque peu appauvri. Mais à côté de ça, on a quand même montré du concret en survolant cette division. En gardant notre ossature tout en y ajoutant peut-être un renfort dans chaque ligne, on peut plus que tenir la route parmi l’élite. »« On est peut-être plus taillé pour la D1A que la D1B »Et plus si affinités, quand on voit l’acclimatation rapide des promus de cette saison que sont le Beerschot et OHL ? « C’est clair que ces deux exemples nous donnent beaucoup de confiance. Sur base de ce que je connais des D1A et B, je pense qu’on peut espérer vivre une saison tranquille. On a un groupe qui est peut-être mieux taillé pour la D1A que la D1B, avec des beaux joueurs dotés d’une certaine technique. Et des terrains de meilleure qualité qui feront que l’impact physique et la débauche d’énergie seront peut-être plus faciles à gérer. On manque juste peut-être encore un peu d’expérience. »À titre individuel, l’ancien Zèbre s’estime prêt pour ce nouveau défi. « Je suis content car, physiquement, j’ai retrouvé un très bon niveau. Certains joueurs sont sur la fin à 30 ans mais j’espère avoir encore quelques années devant moi. Je vais pouvoir me retester et montrer que j’ai toujours le niveau de la D1A. »Et il faudra pour cela convaincre Felice Mazzù de lui réitérer sa confiance. « Je me suis toujours bien entendu avec lui mais une fois que j’ai signé à l’Union, nous avons de nouveau été dans une relation coach-joueur à 100 % et il a fallu que je gagne ma place. J’ai enchaîné les titularisations en 2021, jusqu’au match du titre. J’espère que les trois derniers matches me permettront d’améliorer un peu mes stats parce qu’un but et un assist, ce n’est pas vraiment terrible. Mais je suis satisfait d’avoir pu rebondir après la triste fin connue à Virton… en espérant que le club connaisse lui aussi un avenir meilleur. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CLASSEMENT D1B

Prochaine journée - RUSG

Calendrier

Meilleur buteur