custom-header
Fixelles, la révélation de l’Union
Fixelles, la révélation de l’Union

Il l’a encore prouvé mardi dernier à Malines : Mathias Fixelles, c’est LA révélation de l’Union cette saison. Le jeune joueur en provenance de Woluwe-Zaventem a su saisir sa chance, lui qui fut, avec Alessio Palmeri, joueur de Dender, un pari sur l’avenir qu’a pris Marc Grosjean lors du dernier mercato estival. Si le second nommé a disparu de la circulation, le premier, en revanche, a fait son trou dans le groupe unioniste .

“De la chance ? Oui, il en faut un peu aussi, même si, en définitive, le travail est toujours la récompense, allié aux qualités évidemment. Dans le cas d’Alessio, je dirais qu’il possédait ses qualités, mais en tant que défenseur et doublure de l’inamovible Tracy (Mpati), ses chances de se montrer étaient réduites. De mon

côté, comme je pouvais occuper les quatre postes offensifs, les possibilités de me montrer étaient plus nombreuses. Et finalement, j’ai quand même pu compter sur la blessure de Nicolas (Rajsel) pour entrer dans l’équipe. Et, finalement, je dois bien admettre que j’ai plus joué que tout ce que j’aurais espéré en arrivant ici en juillet dernier.”

Et lors de sa première titularisation, contre Roulers, le transfuge de Zaventem a trouvé le chemin des filets. Une preuve supplémentaire que Mathias Fixelles n’a peur de rien et n’est pas le petit jeune qui a encore tout à apprendre et qui reste dans son coin, même sur le terrain. “Disons que j’ai eu le temps de m’intégrer au groupe pendant la préparation et de me faire connaître. Lors de ma toute première apparition, je mentirais en disant que je suis monté au jeu sûr de moi, mais, très vite, le stress a disparu et chaque fois que l’on a fait appel à moi, j’ai tenté de donner le meilleur de moi-même.”

Mathias Fixelles affiche une détermination qui pourrait confiner à une certaine forme de suffisance mais… “Je vise toujours le plus haut possible. Vous me parlez de

Pro League, je vous répondrai pourquoi par l’Angleterre ou l’Espagne ? Celui qui n’a pas d’ambition ne doit pas faire de football”, répond celui qui a pu mesurer la différence qui existe entre un club de D1B et un de D1A. “La vitesse d’exécution et l’impact dans les duels sont deux caractéristiques qui m’ont frappé durant ces playoffs 2. Mais l’expérience accumulée pendant cette compétition doit nous aider pour la saison prochaine à être encore plus forts.”

Une saison 2017-2018 au cours de laquelle Mathias Fixelles sait qu’il devra confirmer, mais ça, il en est déjà conscient…

Les Bruxellois seront fêtés

Ce 10e et dernier match des playoffs 2, ce vendredi soir, sera baigné par une atmosphère festive entre deux formations qui n’ont plus rien à espérer (les Unionistes n’ont jamais rien visé de particulier si ce n’est de défendre leur honneur. Mission plus qu’accomplie…) dans cette compétition. “Mais attention, la fête ne veut pas dire que nous n’allons pas jouer sérieusement cette partie”, se défend Marc Grosjean. “Nous aurons face à nous de sympathiques joueurs en jaune et bleu. Mais, dans la perspective de faire la fête avec nos formidables supporters, gagner cette dernière joute serait bienvenu.”

Après avoir dynamité le début de ces PO2 avec ce bilan de 10 points sur 12, l’Union est sensiblement rentrée dans le rang avec ce récent 0 sur 15, mais le plus important sera quand même bien ailleurs.

“Je pense que nous verrons beaucoup de fleurs, car il y a en a quelques-uns à fêter”, sourit le T1 à succès.

Marc Grosjean a prévu de mettre ses trois Bruxellois (Anthony Sadin, Vincent Vandiepenbeeck et Geoffrey Cabeke) à l’honneur au cours de cette rencontre que les trois futurs Molenbeekois (Sadin signera la semaine prochaine) entameront de concert. Ensemble, ils comptabilisent 16 saisons (9 pour Sadin, 4 pour VDP et 3 pour Cabeke). “Ils le méritent, non ?”

Laisser un commentaire

CLASSEMENT D2

JOURNEE PRECEDENTE - RESULTATS

PROCHAINE JOURNEE - CALENDRIER