custom-header
Le fabuleux destin de William Still
Le fabuleux destin de William Still

Nous avons sondé les proches du coach du Lierse

Ce samedi, deux anciens
tubiziens refouleront la
pelouse du stade Leburton.
Mais Andreï
Camargo et Megan Laurent ne
seront pas les seuls à revenir
dans le Brabant wallon puisque
William Still, le jeune coach du
Lierse, a été formé au RJ
Wavre. Pour mieux connaître la
sensation de ce championnat
(ndlr. il n’a que 25 ans), nous
avons sondé des amis proches
de la province.

Battus sur la pelouse de Roulers,
les Sang et Or souhaitent démarrer
la deuxième partie de saison
de la meilleure des manières.
Pour y parvenir, les Brabançons
wallons devront prendre la mesure
du Lierse, qui reste sur un
étonnant 9 sur 9, et de son jeune
entraîneur, William Still. Ce dernier,
âgé de 25 ans seulement, est
devenu l’attraction de ce championnat.
D’analyste vidéo, il est
passé au statut de coach intérimaire,
avec brio. Pour en
connaître davantage sur lui, nous
avons sondé des amis proches évoluant
dans le Brabant wallon.
« Nous nous connaissons depuis
que nous avons huit ans », se souvient
Thomas Depicker, ancien
joueur de Grez-Doiceau. « Nous
étions au RJ Wavre à l’époque et il
débarquait de Saint-Trond. Il nous
impressionnait déjà par sa facilité à
jouer avec ses deux pieds alors
qu’on avait déjà du mal avec un
seul », rigole-t-il. « Il nous invitait
souvent chez lui pour jouer au football.
En fait, le ballon rond a guidé
toute sa vie et cela continue encore
maintenant. »
Parti à 15 ans au White Star, Thomas
Depicker a perdu de vue son
ami pendant quelques années
avant de le retrouver à Grez-Doiceau.
C’est d’ailleurs à cette pé-
riode que Thomas a suivi l’évolution
de son ami d’enfance.
« Déjà à l’époque, il voulait faire du
football son métier. Il est d’ailleurs
parti étudier en Angleterre pour cela.
Quand il est revenu, il a tenté de
rentrer dans la police mais cela n’a
pas été fructueux. Il a donc tout fait
pour s’ouvrir les portes du monde
du ballon rond et cela a payé avec sa
collaboration avec Saint-Trond et
Yannick Ferrera », souligne-t-il.
À force de persévérance, William
Still a donc pu réaliser son rêve. Et
ce dernier n’allait pas s’arrêter là.
«William est assez discret mais
quand il veut quelque chose, il s’en
donne tous les moyens. Par contre,
quand il n’y arrive pas, c’est un gros
râleur », sourit-il. « Il n’est pas du
genre arrogant ni prétentieux,
comme certains pourraient le
croire, il est juste timide et, surtout,
fier de ce qu’il accomplit au quotidien.
»
Qui plus est, les deux amis sont
même sur le point de vivre ensemble.
« Ma copine et moi-même cherchons
une collocation et j’en ai parlé
à William. Je l’ai vu vendredi dernier
et il se pourrait bien que l’on
vive ensemble », avoue-t-il.
Passé par le Standard, William
Still possédait déjà un sérieux CV
avant de rejoindre le Lierse. Mais,
depuis le départ de Fred Vanderbiest,
le statut du Brabançon a pris
une autre tournure. Propulsé entraîneur
intérimaire, William a
engrangé 10 points sur 15 et redonné
des couleurs à son équipe.
Une équipe qui sera sur le chemin
des Sang et Or ce samedi soir.
« C’est vraiment incroyable ce qui
lui arrive mais, en même temps, il
le mérite », concède Thomas Depicker.
« Après, il sait que cela n’est
que temporaire. Lui-même dit qu’il
ne veut pas devenir coach. En tout
cas pas maintenant. Il est peut-être
encore jeune pour cela, même si à
terme il voudrait se diriger là-dedans.
Cela reste malgré tout une
bonne expérience pour lui qui, si
on lui propose de prolonger l’aventure,
ne crachera certainement pas
dessus. »

 

Laisser un commentaire

CLASSEMENT D2

JOURNEE PRECEDENTE - RESULTATS

PROCHAINE JOURNEE - CALENDRIER