custom-header
La chance de Grégoire Neels
La chance de Grégoire Neels

Gertjan Martens suspendu, l’ancien tubizien sera aligné

M.FA.
Grégoire Neels remplacera Gertjan Martens, suspendu, ce dimanche à l’occasion de la réception de Tubize au stade Roi Baudouin. L’ancien joueur de Tubize va donc faire son retour, lui qui a été relégué sur le banc avec la montée en puissance de Pietro Perdichizzi.
Les aléas d’une saison réservent parfois de belles surprises. Grégoire Neels est sur le point d’en vivre une belle, lui qui retrouvera Tubize face à lui alors qu’il était cantonné au banc des remplaçants depuis le second tour. Le défenseur central va jouer les pompiers de service après que Gertjan Martens ait pris une cinquième carte jaune le week-end dernier.
« C’était évitable », regrette Marc Grosjean.
« J’ai revu la phase et il commet une faute sur le gardien pour l’empêcher de dégager trop vite. La jaune est logique et en sachant qu’il était menacé, il aurait dû éviter ce genre d’erreur… »
Une situation qui oblige donc le tacticien liégeois à remanier sa défense.
« Je ne me plains pas »
« Depuis le début de l’année 2017, j’ai moins de temps de jeu », confie Grégoire Neels. « Mais à l’entame de la saison, je partais pour encadrer les jeunes et aider l’équipe. Finalement, j’ai joué pas mal de matches et je ne me plains pas du tout. J’ai discuté avec le coach en janvier et il m’a expliqué qu’il préférait faire jouer un gaucher au poste de défenseur central gauche, ce que je comprends tout à fait. Pietro a fait des matches fabuleux et c’est tant mieux pour l’équipe. »
Pendant ce temps, Neels n’a jamais perdu la confiance de son coach, que du contraire.
« Il a joué tous les matches du premier tour à la satisfaction générale », explique Marc Grosjean. « Avec l’arrivée de Perdichizzi, il a perdu sa place mais ce n’est pas en raison de ses performances. Greg est un garçon qui a prouvé qu’on pouvait compter sur lui en toutes circonstances. Il est motivé et prêt à faire en sorte que tout se passe bien. Je ne comprends d’ailleurs pas comment il peut se faire insulter par des supporters de Tubize après tout ce qu’il a fait pour le club. Cela me choque quand j’entends ça. »
Si le retour dans l’équipe de Grégoire Neels sera déjà une première satisfaction pour lui, le fait d’affronter son ancien club en est une autre. Tout cela alors que l’Union n’a pas encore réussi à trouver la clé pour s’imposer face aux Brabançons wallons.
« Nous n’avons effectivement jamais réussi à les battre. Hormis le match de décembre dernier, où ça a été notre plus mauvaise prestation (ndlr. défaite 3-0), cela a toujours été des confrontations disputées. Ici, nous sommes dans une bonne passe et pourquoi ne pas créer une petite surprise ? Au départ, la 4e place n’était pas notre objectif mais nous devenons gourmands après notre bon parcours. Dimanche sera un match capital et si on veut en faire une saison exceptionnelle, cela passera par une victoire pour continuer à en rêver », conclut-il.
LES SANG ET OR ONT PRIS 13 POINTS SUR 15 LORS DES CINQ DERNIÈRES CONFRONTATIONS EN CHAMPIONNAT

L’AFC Tubize, la bête noire de l’Union SG

CHRISTOPHER STELLA
Dans quelques jours, l’AFC Tubize et l’Union Saint-Gilloise ont rendez-vous avec leur destin. En cas de victoire au stade Roi Baudouin, les Sang et Or écarteraient définitivement les Bruxellois de la course au top 4 et valideraient leur participation aux playoffs 2. En cas de match nul ou d’une défaite, il faudra attendre la dernière journée de la phase classique du championnat pour faire les comptes.
Pourtant, à trois jours de ce choc tant attendu, les hommes de Régis Brouard partent avec un sérieux avantage. D’abord au niveau comptable, puisqu’ils comptent deux points d’avance sur leur adversaire, et enfin parce qu’ils n’ont jamais connu la défaite en cinq confrontations.
La première a eu lieu le 3 octobre 2015. L’Union Saint-Gilloise venait d’intégrer la Division 2 mais était déjà mise sous pression à cause de la réforme qui demandait de figurer dans le top 8 pour être assuré d’évoluer en D.1B la saison suivante. Lors de cette première joute, au stade Leburton, Tubize, alors entraîné par Colbert Marlot, avait pris le dessus sur les Saint-Gillois (2-1) malgré deux buts annulés pour le matricule 10. Les Jaune et Bleu allaient même terminer la rencontre à 10 après l’exclusion de Jordan Massengo à dix minutes du terme.
Massengo, deux fois exclu
Le 14 février 2016, Cupidon avait, là aussi, choisi son camp. Après sept minutes de jeu, Jordan Massengo, encore lui, voyait rouge et facilitait la tâche des Brabançons wallons. Aidés par le poteau (ndlr. sur une frappe de Wallaert alors que le score était de 0-0), les Tubiziens ont à nouveau pris les trois points, cette fois sur la pelouse du stade Marien (1-2).
Au terme de cette saison, les deux clubs ont réussi à valider leur ticket pour la D.1B, ce qui annonçait d’autres confrontations intéressantes.
Le 6 août 2016, ils ouvraient d’ailleurs le bal avec un match nul (2-2). Alors que Nicolas Rajsel avait ouvert la marque, Tubize se voyait offrir un penalty, après une main inexistante de Tracy Mpati, pour égaliser.
Un match décisif
Le 30 septembre, l’Union pensait prendre sa revanche après l’exclusion de Sabaouni à la 19 e mais les hommes de Régis Brouard ont été plus réalistes (0-1).
Enfin, le 17 décembre 2016, Tubize donnait une leçon aux Saint-Gillois juste avant la trêve (3-0).
Depuis, les choses ont bien changé. L’Union n’a plus perdu le moindre match et n’a concédé qu’un but tandis que Tubize a manqué de régularité.
Ceci étant dit, Tubize continuera-t-il d’être la bête noire de l’Union Saint-Gilloise ou mettra-t-il un genou à terre au pire des moments ? Rendez-vous ce dimanche, 16h, au stade Roi Baudouin.

Laisser un commentaire

CLASSEMENT D2

JOURNEE PRECEDENTE - RESULTATS

PROCHAINE JOURNEE - CALENDRIER