custom-header
Antwerp – Eupen: le coach d’Eupen n’a pas voulu modifier la préparation de son équipe avant d’aller à l’Antwerp
Antwerp – Eupen: le coach d’Eupen n’a pas voulu modifier la préparation de son équipe avant d’aller à l’Antwerp

« De toute façon, on doit gagner »

OLIVIER DELFINO
Ca y est, c’est le Jour J pour la finale entre l’Antwerp et l’AS Eupen. Même si l’affiche a perdu de son sel avec les affaires extra-sportives en cours et le fait qu’on ne connaîtra peut-être pas le champion ce soir, il n’en demeure pas moins que les Eupenois doivent absolument l’emporter au Bosuil pour rêver de la D1. Jordi Condom, le coach, en est bien conscient et a préparé son équipe dans cette optique.
« Ce samedi, on part à 20 joueurs pour aller gagner à l’Antwerp », lance d’entrée de jeu Jordi Condom, l’entraîneur de l’AS Eupen, qui n’a pas modifié la préparation durant la semaine. « C’est une finale, mais on n’a pas fait les choses différemment. »
Quant au contexte, impossible évidemment de ne pas en parler, avec la possibilité de ne pas connaître le champion ce samedi soir à l’issue de la dernière journée de championnat (lire ci-contre). « On a essayé de se protéger de toutes les infos qui nous sont arrivées, même si ce n’était pas possible de ne pas savoir. On a essayé d’être à côté de tout ça et de faire le travail sportif, pendant que le club fait la lutte de l’autre côté. J’ai travaillé toute la semaine pour préparer mon équipe pour gagner et on doit maintenant parler sur le terrain. De toute façon, les choses sont claires : on doit gagner ! Les choses qu’on ne peut pas contrôler sont hors de nos têtes. »
Concrètement, une victoire ne suffira peut-être pas, en fonction du résultat du White Star. Les Eupenois célébreront-ils tout de même un succès ce samedi au Bosuil ? « Oui, on célébrera et après on verra. Si on gagne, on sera champion sur le terrain, on aura livré une saison magnifique. Ensuite, on verra. Il y a deux mois de ça, personne, et pas même moi, ne pensait qu’on arriverait avec des possibilités d’être champion lors de la dernière journée », répond Jordi Condom, qui devrait logiquement apporter très peu de changements à son équipe de base. «C’est difficile de jouer contre nous. On joue de la même façon depuis 8-9 matchs et on est en confiance avec notre 25 sur 27, c’est un plus aussi. On connaît très bien le style de l’Antwerp et inversement. On s’y rend avec respect et beaucoup d’envie. J’ai beaucoup de confiance en mes joueurs mais aussi en les réservistes. Tout le monde se donne à fond à chaque entraînement. Les réservistes qui ont joué ce vendredi contre les titulaires sont peut-être même meilleures que certaines formations qu’on a rencontrées ces dernières semaines. Beaucoup de monde mérite de figurer dans le 11 de départ, c’est un problème positif et je préfère cela à la situation de la saison passée, où on s’était retrouvé sans attaquant. Il n’y a pas grand-chose qui va changer dans le 11, car l’équipe tourne bien. »
« UN BON TEST POUR NOUS »
Même si Eupen dispose désormais d’une solide dose d’expérience, certains jeunes joueurs en seront à leur première finale. Vont-ils assimiler la pression qui animera le Bosuil ce samedi ? « Si on veut aller en D1, c’est un bon test. Si on gagne ce samedi, c’est l’ambiance qu’on retrouvera en D1 la saison prochaine et mes joueurs sont prêts pour ce match. La pression sera aussi sur l’Antwerp et certains jeunes de notre équipe, comme Akram Afif ou Fahad Al-Abdulrahman, ont déjà joué de gros matchs avec leur équipe nationale. Personnellement, en tant que joueur, ça me motivait plus d’avoir un stade plein. C’est magnifique de jouer une finale devant beaucoup de monde et on veut que ça continue lors de chaque match. Pour ça, on doit aller en D1… »

Un champion ce soir si…

O.D.
> EUPEN SERA CHAMPION CE SAMEDI, SANS ATTENDRE LES VERDICTS DE LA CBAS (LICENCE ET AFFAIRE RENTMEISTER) :

s’il gagne à l’Antwerp et que le White Star ne gagne pas contre Maasmechelen.

> L’ANTWERP SERA CHAMPION CE SAMEDI :

s’il gagne contre Eupen et que le White Star ne gagne pas contre Maasmechelen.

> LE WHITE STAR NE SERA DE TOUTE FAÇON PAS CHAMPION CE SAMEDI :

s’il gagne contre le Patro Maasmechelen et que la rencontre entre l’Antwerp et Eupen se solde par un partage, le White Star n’aura pas besoin d’attendre le verdict de l’affaire Rentmeister (les différentes parties ne seront entendues que le 11 mai) pour prendre la 1 re place. Par contre, il devra attendre le verdict concernant sa licence (audience prévue lundi)…

L’Antwerp a été seize fois à la première place, Eupen a fait la plus belle série (25 sur 27), le White Star s’est racheté d’un 7 sur 21

J.-M. M.
Si Eupen, l’Antwerp et le White Star se retrouvent aujourd’hui dans un mouchoir de poche, ils n’auront pas connu la même progression dans ce championnat. Si Eupen et l’Antwerp ont bien commencé, le White Star s’est retrouvé dans la seconde partie du classement par la faute d’un 7 sur 21. À ce moment, l’Antwerp était premier et Eupen 5e. Hormis une 4e place au soir de la 10e journée, Eupen n’allait, ensuite, plus quitter le top 3 jusqu’à l’issue de la 20e journée. Un peu comme l’Antwerp qui ne le quittait qu’une fois, lors de la 14e journée. Pendant ce temps, le White Star remontait dans la hiérarchie pour arriver dans le Top 5 à la 20e journée.
Après la 20e journée, le parcours de l’Antwerp était linéaire avec une première place jusqu’à la… 33e journée et la prise de pouvoir d’Eupen qui, après 24 matchs, avait 12 points de retard sur les Anversois. Ce jour-là, Eupen était 7e, son pire classement de la saison. Son 25 sur 27 allait lui permettre de revenir dans le parcours. Le White Star intégrait le top 3 à la 23e journée et ne le quittait plus, avec quelques apparitions à la 2e place.
Reste à savoir qui sera à la première place samedi soir. Le White Star ne l’a jamais été, Eupen six fois et l’Antwerp 16 fois !

Henkel et Colomer sont confiants !

AS
En prenant des pelles pour dégager la pelouse enneigée du Kehrweg contre Geel, les dirigeants d’Eupen ont montré l’exemple avec ce geste unanimement apprécié. « Avec cinquante personnes armées de pelles, tous les supporters aimant notre club ont prouvé qu’ils soutenaient l’équipe à 100 % pour la montée en D1. Comme les joueurs ont fait le reste en glanant un succès permettant de disputer une nouvelle finale, nous effectuerons le déplacement à l’Antwerp avec l’envie de monter en Pro League. »
Le directeur général, Christoph Henkel, embraye sur les chances des Pandas : «Pour moi, elles sont égales avec nos opposants mais le team spirit est en notre faveur. En effet, en se battant encore pour une place dans le top 8 avant notre remarquable 25 points sur 27, personne n’aurait jamais cru à cette finale lors de la dernière journée. Maintenant, il s’agira d’un match très spécial sur le plan émotionnel et nos joueurs devront bien gérer leurs nerfs dans un chaudron acquis à la cause adverse. »
Comme déjà mentionné depuis quelques jours, l’équipe victorieuse dans le duel entre Anversois et Eupenois ne pourra pas vraiment lever les mains au ciel samedi, car en cas de victoire du White Star contre le Patro Maasmechelen, elle devra attendre si les Bruxellois recevront leur licence D1 lundi, puis le verdict de la CBAS dans l’affaire Rentmeister-Seraing le 11 mai.
De son côté, Josep Colomer est également confiant. « Nos joueurs auront à cœur de remporter cette quatrième finale et la fraîcheur mentale est en nos rangs. Le fait d’avoir pu aligner tout le temps la même équipe lors de notre belle remontée au classement est un adjuvant moral pour nos couleurs. Ma seule certitude actuelle est que ce match débutera à 0-0, mais je suis confiant. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CLASSEMENT D2

JOURNEE PRECEDENTE - RESULTATS

PROCHAINE JOURNEE - CALENDRIER