custom-header
Je préfèrerais la montée en D1A plutôt que la coupe !
Je préfèrerais la montée en D1A plutôt que la coupe !

I
gor De Camargo va disputer
avec le FC Malines la demifinale retour de la Coupe de
Belgique à l’Union SaintGilloise (0-0 à l’aller). Entre ses
ambitions, le Footbelgate,
l’équipe nationale et le Standard, l’ex-Diable rouge fait le
point sur sa carrière.

Parti de Genk en 2016 pour
l’APOEL Nicosie, on pensait ne
plus jamais revoir Igor De Camargo fouler les pelouses
belges. Avec deux titres nationaux en Chypre, deux participations aux Coupes d’Europe et
des statistiques plus qu’intéressantes (74 matches pour 30 buts
et 14 passes décisives), le BelgoBrésilien a pourtant surpris tout
son monde l’été dernier.
Comme s’il était investi d’une
mission divine, le joueur de 35
ans, dont les croyances religieuses ne se sont jamais évaporées au cours du temps, a effectué son retour dans le plat pays.
« La Belgique me manquait
quand même un peu », admet-il.
« C’est mon deuxième pays. Je
m’y sens bien et, d’un point de
vue professionnel, c’est là où j’ai
tout vécu. »
0 Igor De Camargo, vous
disposez d’une solide carte
de visite dans le
championnat belge. Vous
avez notamment été sacrés
avec le Racing Genk (2002) et
le Standard (2008 et 2009).
Pourquoi, dès lors, avoir opté
pour le FC Malines… en
D1B ?
Je voulais surtout relever un
nouveau challenge. Car, c’est la
première fois de ma carrière
que je joue en deuxième division. Défendre les couleurs
d’une équipe comme Malines,
qui est un club de tradition,
c’est un très beau défi. Surtout
à mon âge. Cela me motive
encore plus pour rester actif et
pour affronter les choses avec
le plus de sérieux possible.
Dans la vie, il faut savoir se
fixer des objectifs.
0 Justement, quels sont-ils ?
Je veux faire en sorte que Malines retrouve la D1A, mais je
veux aussi essayer de faire
grandir ce club. Quand on voit
les infrastructures qui sont en
train de se mettre en place, on
remarque directement que le
Kavé est très ambitieux et qu’il
n’a rien à faire dans l’antichambre du football belge.
0 Malgré un statut
d’archi-favori, il a pourtant
fallu attendre que la sauce
prenne en début de saison (2
points sur 9)…
Le départ de Dennis Van Wijk
et l’arrivée de Wouter Vrancken
comme entraîneur a changé
pas mal de choses à Malines.
C’est un jeune coach avec une
philosophie beaucoup plus
« foot » que son prédécesseur.
Cela tombait bien car nous
avons une équipe très technique avec beaucoup de qualité
et une mentalité fantastique. Je
trouve aussi que l’on a un
noyau qui a une bonne balance
avec de nombreux jeunes et
quelques joueurs d’expérience
comme Onür Kaya, Tim Matthys, Clément Tainmont, etc. Ce
sont des éléments qui donnent
inévitablement l’envie de se
battre et de se dépasser.
0 D’ailleurs, vous
considérez-vous comme un
joueur capable de guider un
groupe ?
Il faut demander à mes coéquipiers (rires). Après, je sais ce que
je peux apporter à l’équipe. Dès
qu’il y a un moment où je peux
parler et agir en tant que leader
dans le vestiaire, je le fais. Je
pense que Malines a besoin de
ça. Sur le terrain, j’essaye aussi
d’amener mon expérience,
surtout dans le dernier quart
d’heure lorsque les rencontres
sont encore indécises (NDLR : 15
buts en 27 matches, toutes
compétitions confondues).
0 Quelles ont été vos
premières impressions sur
cette D1B ?
Rien que le format de la compétition avec seulement huit
équipes, c’est bizarre (rires).
Jouer tellement de fois contre
les mêmes équipes, ce n’est pas
agréable. Je viens d’une équipe
qui jouait la Ligue des champions. Donc, c’est vrai que la
transition n’a pas été évidente.
Mais, je le savais, j’ai agi en
toute conscience. Sinon, par
rapport au niveau, c’est une
compétition très physique. Plus
qu’on ne le pense.
0 Au fur et à mesure des
semaines, Malines a réussi à
enchaîner les bonnes
performances et à décrocher
le gain du premier tour.
Allez-vous continuer sur cette
lancée ?
L’objectif est simple : c’est de
monter. Après, c’est vrai que,
sans finale à devoir disputer, ce serait bien mieux.
Nous sommes capables de
remporter cette
deuxième période. Nous allons
tout faire pour !
0 Dans le même temps, votre
parcours en Coupe de
Belgique est remarquable.
Vous avez éliminé l’Antwerp,
Lokeren et Courtrai. Et vous
conservez toutes vos
chances pour la demi-finale
retour (0-0 à l’aller) à l’Union
Saint-Gilloise…
Je connais le potentiel de notre
noyau, mais je ne peux pas
commencer à dire que nous
sommes favoris. C’est une compétition qui reste très ouverte.
0 Vous n’avez pas encore
accroché la Coupe de
Belgique à votre palmarès,
cela ressemble quand même
à une opportunité unique de
combler ce vide ?
Oui, c’est vrai, mais je reste
focalisé sur le championnat. La
Coupe, je la vois plus comme
un bonus. Bien sûr, si nous
pouvons aller jusqu’au bout,
tant mieux, car cela reste une
très belle vitrine. C’est une
compétition intéressante. Mais,
à choisir, je préfère remporter le
championnat, car, comme je le
répète, c’est l’objectif majeur du
club. Certes, la Coupe de Belgique donne la possibilité de
participer à l’Europa League.
Mais, un club de deuxième
division en Coupe d’Europe,
c’est quelque peu bizarre. Disons-le comme cela…
0 Vous n’y pensez donc pas
plus que cela ?
Nous y croyons bien sûr. Quand
nous rentrons dans une compétition, c’est pour la gagner. Si
nous pouvons aller en finale,
naturellement nous allons
essayer de soulever le trophée.
Mais, nous devons rester réalistes. C’est un discours facile,
mais, en Coupe, il faut voir
match par match.
0 Vous comprenez tout de
même que les supporters
malinois peuvent se mettre à
rêver ?
Oui, mais les fans sont aussi
conscients que le club a vécu
un moment assez délicat dans
sa longue histoire. Un moment
par lequel il ne veut
plus passer.
0 Si,
sportivement,
Malines se porte bien cette
saison, le club doit
néanmoins faire face au
Footbelgate. Quel regard
portez-vous sur cette affaire
qui touche notre
compétition ?
Aucun championnat ne veut
connaître une telle situation.
En tant que joueur, on ne voit
pas cela avec des bons yeux (sic).
Parce que ce ne sont pas des
pratiques honnêtes. Il y a beaucoup d’intérêt par rapport à
l’argent et aux joueurs dans le
milieu du football. C’est dommage franchement.
0 Est-ce que le noyau a été
touché par les soupçons de
fraudes et de matches
truqués visant le club ?
Au début, oui. Parce que c’était
nouveau. Il y avait des jeunes
joueurs qui débarquaient, qui
venaient de recevoir un contrat
et ils commençaient bien sûr à
se poser des questions. Mais,
tout le monde a été rassuré par
Dieter Penninckx (NDLR : l’actionnaire majoritaire). Je pense
que le groupe a rapidement
compris le message et nous
avons mis ça de côté. Ce sont
des choses qui se sont passées
et nous ne pouvons pas
revenir dessus. Nous, les
joueurs, n’avons pas eu
beaucoup plus d’informations par rapport à cela.
J’entends souvent parler
des sanctions, de rétrogradation et plein
d’autres choses. Mais,
moi, tout ce que j’espère, c’est que le
club va s’en sortir.
Car, on parle
aussi du travail
de nombreuses
personnes et de
nombreuses familles qui dépendent au quotidien du club.
0 Malgré ces
affaires, vous semblez déjà
attachés au Kavé ? Vous
voyez-vous terminer votre
carrière dans ce club ?
J’ai un contrat avec Malines
jusqu’à la fin de la saison 2020
et on verra bien ce qu’il va se
passer. Je me sens bien physiquement. Frederik Vanderbiest
(NDLR : le coach adjoint) me dit
souvent que je suis encore
capable de jouer pendant 10
ans. Mais, sans rire, je sais que
je suis davantage à la fin du
tunnel qu’au début. En attendant, tant que je n’ai pas encore
raccroché les crampons, je
resterai concentré à
fond sur le football. Et, vu que
je prends toujours autant de
plaisir qu’au début de ma carrière, je ne me vois pas encore
arrêter.
0 Vous n’avez donc pas
encore songé à ce que vous
ferez après le football ?
J’y pense tout doucement. Je
suis en train de me renseigner
pour suivre des cours d’entraîneur. Mais, actuellement, c’est
juste pour avoir une première
idée de ce que c’est. Je découvre
aussi, pour l’instant, le monde
des compléments alimentaires.
0 Alors, que peut-on vous
souhaiter pour cette année
2019 ?
Sportivement ? La montée de
Malines sans devoir passer par
la finale. Et, en tant que personne, marcher au côté de
Jésus, pour moi, ce serait déjà
suffisant. –

 

Laisser un commentaire

CLASSEMENT D2

JOURNEE PRECEDENTE - RESULTATS

PROCHAINE JOURNEE - CALENDRIER